Regional accents

Understanding of the language is not solely defined by being able to recognize isolated words and expressions. It’s also important to understand these expressions in the context of conversation.

 

You can familiarise yourself with the accents of spoken french by listening to the dialogues created specifically to illustrate the pronunciations, the tones, the word choices and the particularities of grammar usage in the different regions of Acadia.

 

The dialogues are about health related themes. They were created as part of a french as a second language class Language Training and Cultural Adaptation «Mieux communiquer pour mieux soigner» developed by l’Éducation permanente of Université de Moncton.

Dialogues

  • L’activité aérobique intense | NOUVEAU-BRUNSWICK, NORD-OUEST

    Philippe : Serre donc ta manette de jeu vidéo pis viens faire du ski de fond avec moé.
    Martine : J'n'ai faiT hier à l’école.
    Philippe : C’est bien! Suis fier de toi, ma tite soeur. Suis sûr que c’était deux heures d’activité intense. Tu devais être rouge comme une tomate à la fin.
    Martine : Par el'temps que tout le monde était prêt, on a yinque fait une demi-heure. Fallait attendre les autres qui tombaient partout.
    Philippe : C'est ben ca j'pensais. Je crérais qu’t’as pas fait deux heures et demi d’activité c’te semaine.
    Martine : Philippe, j’m’ai foulé le pied. J’ai mal à cheville.
    Philippe : Trop pour sortir avec ton grand frère? Envoie, ça me dit de sortir. C'est qui va m’aider si je me twist le pied en tombant?
  • Bernice est-elle devenue anorexique? | NOUVEAU-BRUNSWICK, NORD-EST

    Kevin : J’ai vu Bernice hier. Je pense qu’elle a perdu 20 livres depuis qu’elle a laissé Léon. Elle a l’air en pleine forme.
    Josée : Ben pas vraiment. Je croirais qu’elle a venu anorexique. Elle mange presque rien pis quand-ce qu’elle mange, c’est rien que de la junk pis après elle se fait barfer. Elle pense que Léon l’a laissée à cause qu’elle était rendue grosse.
  • Se brosser la langue! | NOUVEAU-BRUNSWICK, NORD-EST

    Louis : Hey, j'peux-ty te faire confiance? J’ai un problème pis ça me gêne n’en parler.
    Henriette : Inquiète-toi pas, je le dirai pas à personne.
    Louis : Quand j'parle aux autres, y viront la tête de bord pis y disont qu’ils sont trop pressés pour m'parler.
    Henriette : Ah, c’est ta mauvaise haleine! On était trop mal à l’aise pour t’en parler.
    Louis : Ça s’ermarque-ti tant que ça? Ma femme me dit de passer la soie dentaire pis de m'brosser le darrière de la langue. Ben ça fait ben que trop mal!
    Henriette : Ah après un bout, tu vas t’accoutumer, pis tes gencives saigneront pus. À part de d’ça savais-tu que le café c'est la pire affaire pour la mauvaise haleine?
    Louis : Hum? Une chose à la fois, je crée ben!
  • Engelure et coup de soleil | NOUVEAU-BRUNSWICK, NORD-EST

    Louis : Hey, si j’savais pas mieux, j’dirais que t’arrives de la Floride avec ta face rouge comme un homard pis le nez qui plume.
    Johanne : Je pensais jamais qu’on pouvait avoir des engelures aux mains pis aux pieds pis poigner un coup de soleil en même temps!
    Louis : On s’méfie pas assez des rayons ultra-violets en hiver. Y’a pas d’pire combinaison que la neige, le vent pis un temps couvert comme hier. En tout cas, les traces de lunettes su’ ta face montent que tu t’es au moins protégé les yeux.
  • La mauvaise humeur de Shelly | NOUVEAU-BRUNSWICK, SUD-EST

    Luc : T’es bien picasse, à matin! Quosse t’as mangé pour déjeuner?
    Shelly : Moi, je mange pas le matin. Ça me fait zire.
    Luc : Ah ben là! Je comprends que t’es de mauvaise humeur. Prends-toi une poignée d’amandes et canneberges, ça va te tiendre aller jusqu’au dîner.
  • Le plaisir des rénovations! | NOUVEAU-BRUNSWICK, SUD-EST

    Germaine : Ch’te dis que chus contente que les rénovations saient finies. Je pensais que j’viendrais sourde avec tout le bruit des drills sur le top de la bâtisse.
    Francine : Ouin, moé itou.
    Germaine : Pis toute la poussière dans l’air m’empêchait de respirer…
    Francine : Je sais, hein. Surtout avec ton « asthme ».
    Germaine : Aïe, je pouvais pus voir l’écran tellement y avait de la fumée dans l’air. Ergarde, j’ai poigné un tet à cochon, comme disait ma grand-mère.
    Francine : Ouin, ouin, c’est sûrement à cause de ça.
    Germaine : À part de d’ça, les vibrations me mettaient assez sur les nerfs!
    Francine : [À voix basse] Hum, toi itou!
  • Mal de tête | NOUVELLE-ÉCOSSE, SUD-OUEST

    La mère : Ouf!.. ej feele fatiguée aujourd’hui. J’ai mal à la tête, pis le ventre me brasse.
    La fille : Ça point surpernant. T’étais assez saoule quand ce t’as arrivé hier soir.
    La mère : J’comprends pas. J’ai bu une couple de drink comme d'habitude, pis ça faisait rionne. Ça fait que j’en ai pris une couple d’autres pis ça faisait toujours erionne.
    La fille : Mame, Berny t’a joué un mauvais tour. Y’a probably mis d’a Red Bull dans ton scotch.
  • T’es ben trop jeune | NOUVELLE-ÉCOSSE, SUD-OUEST

    Ashley : Mame, sais-tu quoi ce que j'veux comme un cadeau pour ma fête c’t’année?
    Mère : Oh! Oh! Je me demande ben quoi ce que ça peut être.
    Ashley : Ben les gars y’riont de moi à cause qu’y disiont que j’avais une farmer’s tan. So j' veux aller me faire tanner au tanning salon.
    Mère : Well, j’m’attendais à du piercing ou un tatou ou de quoi de même, mais certainement pas ça. Les tanning bed c’est rien bon pour la peau. Elle vieilzira assez ben vite, ta peau. Fais-toé-z-en pas.
    Ashley : Toutes mes friends avont un beau tan.
    Mère : Pauvres esclaves! Attends d'voir leurs cancers de la peau dans tcheuques années.
Lexique différentiel des termes acadiens reliés à la santé
Written by
Gisèle Chevalier
et Lise Rodrigue
Pour commander le livre : Librairie Acadienne
libacadienne@umoncton.ca
(506) 858-4140