4.3.5 Étude de cas : Pourquoi les collectivités locales françaises s'intéressent elles de plus en plus à la planification et la gestion de leur espace maritime ?

3.1.1 La mer en chansons (suite)

c) Le troisième trait semble plus spécifique, plus clivant. Il montre la mer comme quelque chose de différent de la norme et en particulier de la terre. C’est certes un ailleurs mais aussi une autre temporalité, une autre spatialité. La navigation assistée par GPS et sonar, la présence des téléphones et d’Internet par satellite à bord des embarcations sont en train de modifier la façon de naviguer. Ils « rapprochent » sans doute le fonctionnement maritime du fonctionnement terrestre. Cette différence attire et parfois fascine. C’est l’appel de la mer. On le retrouve dans le texte de Laurent Voulzy, marqué par son enfance dans les îles et par le métissage : 

« Comme laissé tout seul en mer
Corsaire
Sur terre
Un peu solitaire
L’amour je l’voyais passer
Ohé Ohé
Je l’voyais passer
Séparé petit enfant
Tout comme vous
Je connais ce sentiment
De solitude et d’isolement.
Karukea
Calédonie
Ouessant
Vierges des mers
Toutes seules
Tout l’temps
Vous c’est l’eau c’est l’eau
Et vous laisse à part
Oh oh… »
(extrait de Belle-île-en-mer Marie galante de Laurent Voulzy

Il y a une sorte de fatalité à parler des choses de la mer. La difficulté de prendre en compte l’immensité est réelle. Le caractère labile de l’océan complique aussi largement les choses que ce soit au large ou sur le littoral, avec les marées et ce territoire changeant qu’est l’estran. L’océan parfois nous échappe, en tout cas sa logique. 

« C’est pas l’homme qui prend la mer
C’est la mer qui prend l’homme
Moi la mer elle m’a prit
Je m’souviens un vendredi
Ne pleure plus ma mère
Ton fils est matelot
Ne pleure plus mon père
Je vis au fil de l’eau
Regardez votre enfant
Il est parti marin
Je sais c’est pas marrant
Mais c’était son destin. »
(extrait de C’est pas l’homme qui prend la mer de Renaud)

Il n’y a semble t-il pas de communion parfaite entre la société française et les étendues océanes. Cette communion est épisodique, le temps de vacances balnéaires, ou virtuelles, sublimée dans un ailleurs aventureux ou lointain. Nous allons désormais voir la perception qu’on les Français de la mer à travers les réponses données lors d’un sondage.