4.3.5 Étude de cas : Pourquoi les collectivités locales françaises s'intéressent elles de plus en plus à la planification et la gestion de leur espace maritime ?

2.2 Et si on continuait à laisser faire l’État - La difficile mise en place des « Volets maritimes » des SCOT

2.2.1 L’état des lieux en 2013 

En dépit des opportunités laissées par la loi et des discours volontaristes, la gestion de l’espace maritime littoral ne semble pas intéresser les communes françaises. Si la difficile gestation des Parcs Naturels Marins depuis 2006 en est une première illustration, on bénéficie d’un recul de près de 30 ans concernant la possibilité d’élaborer et de mettre en place  des Schémas de Mise en Valeur de la Mer (SMVM). En 2013, on peut considérer que seulement une dizaine de portions du littoral français sont touchées par un projet ou par la réalisation d’un SMVM ou un document équivalent. 

Deux régions regroupent la moitié des territoires concernés :

  • d’une part le littoral charentais avec les volontés, souvent contrariées, des élus de l’île de Ré, de la Communauté d’agglomération de La Rochelle, du Syndicat Mixte du Pays Rochefortais et de la Communauté d’agglomération de Royan Atlantique ;
  • d’autre part, le littoral méditerranéen de la région Languedoc-Roussillon avec les sites de la Plaine du Roussillon, de la Narbonnaise et des pionniers de l’Étang de Thau (SNVM dès 1995).

Les autres sites sont sur la Côte d’Azur (Golfe de Saint Tropez) ou en Bretagne (Golfe du Morbihan et Lannion-Trégor). 

Pourquoi ici plutôt qu’ailleurs ? On avancera deux grandes séries d’explication :

  • des questions liées aux enjeux maritimes. Elles peuvent tenir aussi bien à l’intensité de l’occupation de l’espace maritime (Golfe de Grimaud-Saint Tropez) que des conflits liés à de la concurrence entre activité, comme entre le tourisme et les cultures marines (littoral charentais ; Étang de Thau) ;
  • des questions liées aux hommes et aux acteurs. La présence de systèmes locaux et des habitudes de coopérations sont patentes soit en Bretagne soit entre Sèvres et Gironde. On est donc bien dans des questions de culture qui prennent des formes particulières dans certains espaces terraqués où peuvent se mêler îles et zones humides.