4.3.2 Étude de cas : Partie 2 - Perception/représentation des risques littoraux par les habitants

2.2 Deux exemples de biais cognitifs jouant sur la perception des risques

2.2.1 Les illusions probabilistes

Dans un jeu de pile (P) ou face (F), quelle série parmi les 3 suivantes est la plus probable ?

1) FFFFPPP    2) PFFPFPP    3) FFFFFFF

La réponse la plus fréquemment donnée est la 2), alors que les 3 sont équiprobable (probabilité égale à (½)7 dans les 3 cas). On confond généralement ce qui est le plus typique avec ce qui est le plus probable: on a plus de chances de rencontrer un tirage qui ressemble au 2), avec une alternance de piles et de faces, qu’au 1) ou au 3).  

De même, dans un jeu de dé possédant 4 faces vertes (V) et 2 faces rouges (R), quelle série est la plus probable parmi les trois suivantes ?

1) RVRRR      2) VRVRRR   3) VRRRRR

La réponse la plus fréquemment donnée est 2), alors qu’elle est moins probable que la 1), puisque celle-ci est la même mais avec le 1er tirage en moins (ce qui enlève une condition).

Le biais cognitif qui apparaît dans ces deux exemples est baptisée « loi des petits nombres » par Tversky et Kahnemann.

Loi des petits nombres : Alors que le calcul des probabilités se fonde sur la loi des grands nombres, notre intuition s’attend à ce que même dans des séquences brèves, l’alternance « normale » des résultats aléatoires soit déjà respectée.

Cette illusion est également appelée illusion du joueur : si le rouge est sorti vingt fois de suite à la roulette, nous parions sur le noir, même si la probabilité qu’il sorte est toujours d’1/2, indépendamment de ce qui s’est passé avant.

Si on applique ces illusions probabilistes aux risques, cela explique pourquoi on peut surestimer ou sous-estimer certains d’entre eux. Deux accidents – des submersions marines, par exemple – survenus de suite peuvent donner l’illusion que le risque a augmenté alors qu’il ne s’agit que de hasard. A l’inverse, l’absence d’événement pendant une longue durée peut faire croire que le risque a disparu ou s’est amenuisé alors que là encore il ne s’agit que de hasard. On est victime de la loi des petits nombres : on extrapole à partir d’une série bien trop courte pour être représentative.