4.3.2 Étude de cas : Partie 2 - Perception/représentation des risques littoraux par les habitants

1 Qu’est-ce qu’un risque ?

1.1 Définition du risque

On peut définir un risque, quelle que soit sa nature, comme étant un événement destructeur auquel on associe une probabilité de survenue (l’aléa) et dont on évalue les dommages potentiels (l’enjeu). Il peut donc se décomposer en deux éléments et être représenté comme sur la figure 1.

Par exemple, le risque d’accident d’automobile au cours d’un déplacement sera la probabilité que survienne un événement – accrochage, accident plus ou moins grave – et qu’en cette occasion soient causés des dommages matériels et/ou humains.

Ce graphique présente le risque en tant que produit de l’enjeu (dommages potentiels) et de l’aléa (probabilité de l’évènement).

Figure 1. Représentation graphique d’un risque

Source : Hervé Fanquart.

Pour que le risque existe (qu’il ait une existence sociale), il faut qu’il présente une certaine régularité et que probabilité et dommages potentiels soient connus. Ainsi, les compagnies qui assurent les automobilistes peuvent-elles calculer les primes que ces derniers doivent verser, parce que d’une année sur l’autre le nombre d’accidents et leur gravité est à peu près stable pour une population donnée. Et c’est ainsi parce que la probabilité de survenue d’accident est supérieure chez les conducteurs novices que chez ceux qui sont chevronnés que les primes qui leur sont appliquées sont généralement plus élevées.

En matière de risques littoraux, par exemple, pour évaluer ceux de submersion marine, il faut connaître à la fois la période de retour de l’événement (événement décennal, séculaire…) et les dommages potentiels sur les biens (endommagement des habitations, des routes, etc.), voire sur les personnes (noyades,  traumatismes psychiques, etc.).