4.3.1 Étude de cas : Partie 1 - L’analyse des risques et de leur gestion en géographie

3.2 Le risque à l’interface homme nature : un nouvel objet géographique

À partir du milieu des années 1980, une seconde génération de recherches aborde le risque comme un nouvel objet d’analyse géographique en se fondant sur l’interface Homme-nature et l’étude globale de l’environnement. Le risque naturel représente un nouveau paradigme pour le développement de la géographie de l’environnement évoqué dans la première partie. La place occupée par Yvette Veyret dans la publication (Veyret, 2001, 2004) et la coordination (Veyret et al., 2003, 2004) d’articles et d’ouvrages sur les risques et aussi dans le développement de la géographie de l’environnement illustre ce rapprochement. Les publications montrent que les risques ne sont plus perçus comme extérieurs à la société : ce sont des constructions sociales. L’objectif des recherches sur les risques n’est plus uniquement l’analyse de l’aléa envisagée par la géographie physique. Des géographes s’intéressent aux enjeux et à la vulnérabilité à partir de la géographie humaine et aussi au-delà des risques naturels à d’autres types de risques, industriels ou technologiques.