4.2.2 Étude de cas : Partie 2 - Aide à la décision publique et évaluation des politiques : évaluation des conséquences économiques des changements climatiques à Sept-Îles, Percé et aux Îles-de-la-Madeleine

1 Les coûts des changements climatiques – trois études de cas (suite)

Les pertes économiques sont environ deux fois plus importantes à Sept-Îles, trois fois plus aux Îles-de-la-Madeleine et huit fois plus a Percé sous le scénario 2 que sous le scénario 1. Il est à noter que l’évaluation des coûts de l’érosion côtière repose pour l’essentiel sur la valeur des propriétés affectées. Ne sont donc pas inclus dans cette évaluation des routes et infrastructures servant essentiellement à la desserte des propriétés afin d’éviter une double comptabilité1. Un même taux d’érosion représente une perte différente compte tenu de la valeur différente du mètre carré de terrain selon les localisations. Par exemple, le mètre carré a une valeur plus grande à Percé (82 $) qu’à Sept-Îles (70 $) ou aux Îles-de-la-Madeleine (29 $).

Tableau 2. Vulnérabilité économique. Source : Rioux et al., 2008.

Scénario 1 Sept-Îles Percé Îles-de-la-Madeleine
perte annuelle moyenne 131 595 $ 6 376 $ 28 632 $
perte annuelle maximum 265 721 $ 58 978 $ 85 896 $
perte cumulative (jusqu’en 2050) en valeur présente 2 292 813 $ 111 092 $ 498 857 $
maximum 4 629 719 $ 1 027 601 $ 1 496 571 $
Scénario 2      
perte annuelle moyenne 250 540 $ 49 444 $ 77 845 $
perte annuelle maximum 1 108 450 $ 330 158 $ 212 061 $
perte cumulative en valeur présente 4 365 202 $ 804 108 $ 1 356 318 $
maximum 19 312 712 $ 5 369 366 $ 3 694 797 $
1 Une partie de la valeur d’une propriété provient du fait qu’elle est accessible et qu’elle permet l’accès à un certain nombre de services publics. Autrement dit, une propriété qui ne serait pas desservie par une ligne électrique a une valeur moins grande qu’une propriété qui a accès à ce service.