4.2.2 Étude de cas : Partie 2 - Aide à la décision publique et évaluation des politiques : évaluation des conséquences économiques des changements climatiques à Sept-Îles, Percé et aux Îles-de-la-Madeleine

1 Les coûts des changements climatiques – trois études de cas (suite)

Les changements climatiques ont pour conséquence d’augmenter le risque associé à l’érosion de 100 % aux Îles-de-la-Madeleine, de 71 % à Sept-Îles et de plus de 700 % a Percé. Le tableau 1 montre les taux d’érosion en fonction des deux scénarios climatiques envisagés dans les simulations. Les taux d’érosion historiques moyens obtenus (scénario 1) varient de 0,04 mètre par année à Percé à 0,52 m/an à Sept-Îles. Pour le scénario 2, les taux moyens varient de 0,31 m/an à 0,99 m/an pour les mêmes secteurs.

Tableau 1. Taux d'érosion et variabilité. Source : Rioux et al., 2008.

  Sept-Îles Percé Îles-de-la-Madeleine
Taux d’érosion (m/an) Moy. Max. Moy. Max. Moy. Max.
Selon scénario 1 0,52 1,05 0,04 0,37 0,32 0,96
Selon scénario 2 0,99 4,38 0,31 2,07 0,87 2,37
Variabilité (écart-types)      
Selon scénario 1 0,379 0,086 0,270
Selon scénario 2 0,876 0,173 0,523

L’estimation de la perte cumulative en proportion de la valeur foncière des propriétés affectées constitue un bon indicateur de la perte à la société : à Sept-Îles et aux Îles-de-la-Madeleine, c’est plus du dixième de la valeur des propriétés qui devraient être épargnées pour faire face aux risques liés aux changements climatiques. À Percé cette proportion est presque de 4 %.