4.2.2 Étude de cas : Partie 2 - Aide à la décision publique et évaluation des politiques : évaluation des conséquences économiques des changements climatiques à Sept-Îles, Percé et aux Îles-de-la-Madeleine

3.4 Adaptation et intervention

Dans le secteur Havre-Aubert-Cap-aux-Meules, la proportion artificialisée de la côte est passée de 1,5 % en 1963 à 13,3 % en 2006, pour un trait de côte d’environ 40,6 km. Plusieurs mesures de protection ou d’aménagement sont utilisées, les plus importantes étant l’enrochement (7,7 %), un quai ou une jetée (1,3 %) et une zone portuaire (1,2 %). L’artificialisation du littoral nuit à l’intégrité écologique du milieu et au maintien des plages. Cela est particulièrement problématique compte tenu de l’utilisation touristique des plages. 

Ainsi, les solutions proposées pour s’adapter aux impacts des changements climatiques incluent plus de méthodes douces que de protection physique. L’objectif visé est de protéger les plages au lieu de les doter d’enrochements ou d’autres structures qui accélèrent l’érosion en aval. Dans le secteur de Cap-aux-Meules, la protection des falaises en tant qu’attrait naturel est jugée importante par les acteurs concernés et il est recommandé d’utiliser le moins d’enrochements possibles. Il faut aussi considérer que l’érosion des falaises est la seule source de sable pour les plages en aval des falaises, surtout aux-Iles-de-la-Madeleine ne comportant aucune autre source de sédiment étant donné leur situation géographique. 

La situation de la route 199 est problématique puisqu’elle est située dans des zones menacées sur plusieurs tronçons, dont des cordons dunaires dans les secteurs de la Martinique et de Pointe-au-Loup. Le déplacement n’est évidemment pas possible dans de tels endroits. Les enrochements sont présentement utilisés pour stabiliser la route, mais provoquent une érosion accélérée des plages. Ainsi, dans le secteur de la Martinique, il a été proposé de recharger la plage en sable plutôt que de renforcer les enrochements. Dans le secteur de pointe-en-Loup, par contre, il a été recommandé de renforcer les enrochements et procéder à des recharges limitées de plage.

Lucie d’Amour, CEGEP des Îles-de-la-Madeleine, retrace l’émergence d’une mobilisation citoyenne pour la protection de l’environnement aux Îles-de-la-Madeleine.

Durée : 15 min 17 sec

Yves Martinent, directeur du comité ZIP des Îles-de-la-Madeleine, décrit le travail du comité ZIP.

Durée : 58 sec