3.1.3 Adaptation

4) Un processus social avant tout

L'adaptation se doit d'être pensée comme un processus social au-delà de ses implications en termes de politiques publiques, processus social impliquant à la fois par les individus, les groupes, les organisations et les gouvernements. L'adaptation induit des modifications comportementales au sein des sociétés humaines, c'est ainsi que Hinkel et al. (2009) estiment que l'adaptation doit être vue comme un processus d'apprentissage social continu. Par ailleurs, c'est un processus qui n'est pas seulement attribuable au changement climatique. En effet, la migration d'une personne depuis une zone à risque vers une zone moins à risque, peut aussi être motivée par des facteurs économiques ou sociaux (Adger et al., 2005).

Selon Adger et al. (2003), il est nécessaire de construire une confiance et une coopération entre les acteurs étatiques et les acteurs de la société civile autour de l'adaptation, et ce pour deux raisons principales :

  • Depuis une perspective instrumentaliste, une synergie entre capital social et prise de décision favorise la soutenabilité et la légitimité de toute stratégie d'adaptation ;
  • Les processus d'adaptation qui sont construits à partir d'une approche Bottom Up et qui sont basés sur le capital social peuvent modifier les perceptions du changement climatique passant d'un problème global à un problème local. Quand les acteurs perçoivent que l'adaptation et le risque lié au changement climatique est en leur pouvoir, ils sont plus à même d'établir les connexions avec les causes du changement climatique et ainsi améliorer leur capacité d'adaptation et de mitigation (Adger et al., 2003).

5) Adaptation et développement

Certains auteurs (Paavola, 2008 ; Lemos et al., 2011) montrent les synergies existantes entre les concepts d'adaptation et de développement, en rappelant que les objectifs de l'adaptation comme par exemple, la réduction de la vulnérabilité et l'augmentation de la résilience aux impacts du changement climatique (Smit et Pilifosa, 2001) renvoient en partie aux différents aspects du développement et inversement. Si on se réfère aux OMD12 on se rend compte qu'ils contribuent au renforcement des capacités des humains à faire face aux crises (économique, sociale, politique et environnementale) et ainsi participent à l'amélioration de la résilience sociale, notamment face aux impacts du changement climatique. Par ailleurs, penser les mesures d'adaptation et de développement en synergie permet d’articuler les processus de long terme et de court terme. En effet, la construction des capacités d'adaptation qui est une des dimensions de l'adaptation permet à la fois de répondre aux menaces liées au changement climatique et aux besoins de long terme du développement (Lemos et al., 2011).

12  La déclaration du Millénaire (New-York, 2000), énonce les huit objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) qui devront être réalisés à l’horizon 2015 : Réduire l’extrême pauvreté et la faim, assurer l'éducation primaire à tous, promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomie des femmes, réduire la mortalité infantile, améliorer la santé maternelle, combattre le VIH/Sida, le paludisme et d'autres maladies, préserver l'environnement, mettre en place un partenariat mondial pour le développement.