Conclusion

Les études de cas nous auront montré que les changements climatiques et l’augmentation du niveau de la mer sont des problèmes universels qui touchent tous les pays côtiers. Bien sûr, les spécificités régionales modulent le risque physique et la vulnérabilité de chaque région. Les caractéristiques socio-économiques, démographiques et physiques des régions influencent leur capacité d’adaptation et leur résilience. Il est cependant parfois surprenant de constater que les déficits d’adaptation sont parfois les mêmes dans les pays développés que dans les pays en voie de développement. La gouvernance et l’efficacité des stratégies d’adaptation ne s’expliquent donc pas uniquement par les caractéristiques mesurables d’une région, mais sont également déterminées par des facteurs culturels, des modes de gouvernance, et par l’historique du processus d’adaptation, qui repose de manière substantielle sur l’implication des populations.