4.1.1 Partie 1 : L’importance de la participation citoyenne à l’élaboration de plans d’adaptation et le rôle de médiateur des universitaires : les cas de Pointe-du-Chêne, Le Goulet, Shippagan, Bathurst, Cocagne, Grande-digue, Nouveau-Brunswick, Canada

1.4 Plan d’adaptation

Jusqu’à maintenant, la protection contre les inondations repose principalement sur des initiatives privées, ce qui explique la diversité des structures de protection que l’on retrouve sur le littoral. Suite aux réflexions entreprises lors du projet de recherche-action participative, la nécessité de se doter de normes de construction standardisées est devenue évidente. Le modèle choisi serait des murs de protection d’un angle de 45 o face à la mer, qui est internationalement reconnu comme le type de construction le plus solide. Cette norme est proposée dans le plan, mais n’est pas encore appliquée. Un projet de règlement municipal à cet effet est à l’étude. Les riverains de Bayshore, quant à eux, ont formé le Carron Erosion Study Team & Steering Committee pour s’occuper des questions d’érosion et de protection de la côte.

Cette photo montre 4 différents types de murs anti-inondations construits côte-à-côte sur la plage à la Pointe Carron.

Figure 3.  Différents types de structures de protection construites à Pointe-Carron : 1) enrochement avec de larges blocs (heavy shale), 2) enrochements de petites roches, 3) mur en ciment, 4) enrochement avec de larges roches. 

Source : Chouinard et al., 2009