4.1.1 Partie 1 : L’importance de la participation citoyenne à l’élaboration de plans d’adaptation et le rôle de médiateur des universitaires : les cas de Pointe-du-Chêne, Le Goulet, Shippagan, Bathurst, Cocagne, Grande-digue, Nouveau-Brunswick, Canada

4.3 Plan d’adaptation (préliminaire)

Les communautés de Cocagne et Grande-Digue ont identifié les sites les plus vulnérables aux ondes de tempête le long de la côte et prioritaires, compte-tenu de leur importance pour la sécurité et le bien-être des communautés : 

  1. Toutes les sections de la route 535 qui sont situées directement sur le bord de la mer, y compris les ponts des ruisseaux Goguen et Howard. 
  2. Lover’s Lane
  3. Les quatre coins du pont de la route 134 traversant la rivière Cocagne afin de protéger l’accès aux commerces (priorité aux commerces fournissant des produits essentiels – épicerie et poste à essence du côté nord) 
  4. Le pont de l’autoroute 11
  5. Chemin vers Treasure Island
  6. Marais de Cormierville (sanctuaire d’oiseaux)
  7. Quai de Cormierville
  8. Marina du Cap-Cocagne

Les communautés jugent important d’avoir plus d’informations scientifiques et géomatiques sur ces zones. 

En ce qui concerne l’adaptation, plusieurs solutions dans les trois catégories de protection, d’accommodation et de retrait sont évoquées :

  1. Protection
    • un système de digues élaboré conformément aux prédictions du GIEC ;
    • clôtures positionnées en angle - exemple de Cap Bimet –projet pilote (Maltais, UdeM) ;
  2. Accommodation,
    • monter les bâtiments sur pilotis ;
    • élever la route ;
  3. Retrait
    • déplacer la route plus à l’intérieur des terres ;
    • déplacer les bâtiments trop près de la mer et créer un fonds pour financer en tout ou en partie cette mesure ;
    • un programme du genre « Buy me out » où le gouvernement rachète les propriétés à risque (non soutenu par le Ministère de l’Environnement). 

Les communautés se posent cependant des questions quant au soutien institutionnel et technique pour mettre en œuvre les recommandations. Elles se demandent aussi quel sera l’engagement financier pour soutenir les efforts des communautés. 

La question de la gouvernance a aussi été évoquée puisque plusieurs participants ont manifesté la volonté de voir le territoire se doter d'un gouvernement local pour mieux se prendre en charge ainsi que la protection du territoire, tandis que d’autres sont contre la municipalisation de leurs DSL, pour ne pas perdre certains privilèges reliés au statut de DSL et éviter une augmentation des taxes municipales.