4.1.1 Partie 1 : L’importance de la participation citoyenne à l’élaboration de plans d’adaptation et le rôle de médiateur des universitaires : les cas de Pointe-du-Chêne, Le Goulet, Shippagan, Bathurst, Cocagne, Grande-digue, Nouveau-Brunswick, Canada

4.2 Projet de recherche

Le projet d’adaptation au changement climatique mené en 2009-2012 visait à fournir un appui à la prise de décision envers l’adaptation à l’érosion et autres impacts du changement climatique et de la montée du niveau marin dans la région rurale desservie par les DSL de Cocagne, Grande-Digue et Dundas. Il découle des travaux antérieurs effectués par des chercheurs de l’Université de Moncton en collaboration avec les Ministères de l’Environnement et des Ressources naturelles, et avec différentes municipalités ou DSL. 

Lors des séances de validation des données effectuées par les groupes de discussion, plusieurs observations des résidents ont pu être notées par rapport à la hausse du niveau de la mer : 

  • « Diminution de la hauteur de la crête des dunes, plus de brèches dans la côte, plus de pluie et de ruissellement. On peut voir les effets du ruissellement, exemple de la plage à Cap-des-Caissie… »
  • « Il y a de la sédimentation au bout du quai de Cap-Cocagne, ça varie d’une année à l’autre.  Y’a les chemins abandonnés dans la section au Nord-Ouest (rivière de Cocagne)… »
  • « Ça s’érode beaucoup devant la maison, 30 pieds depuis 1975, l’herbe est toute partie… ».
  • « La tendance est à l’érosion de la côte, cependant, j’ai remarqué l’avancement de la dune de l’île de Cocagne. »
  • « L’érosion est de plus en plus fréquente.  La falaise chez moi a perdu 2 pieds depuis 6 ans.  Le gel et le dégel sont de plus en plus fréquents, ils accentuent l’érosion et brisent les structures stabilisatrices. »
  • « Je pouvais voir les dunes de chez moi voilà 30 ans à Pointe-Cormier et le mur de roche que nous avons mis y’a 30 ans n’est déjà plus efficace. »
  • « La rivière est en train de rétrécir, elle se remplit de sédiment en aval du pont de la 115. C’est à cause des coupes de bois, je pense… Et je ne peux plus pêcher de coques ! »