4.1.1 Partie 1 : L’importance de la participation citoyenne à l’élaboration de plans d’adaptation et le rôle de médiateur des universitaires : les cas de Pointe-du-Chêne, Le Goulet, Shippagan, Bathurst, Cocagne, Grande-digue, Nouveau-Brunswick, Canada

3.2 Projet de recherche

Au milieu des années 2000, les élus locaux et la population ont été impliqués dans des réunions d’information sur le changement climatique en général. À la suite de cette implication, les élus locaux ont demandé aux chercheurs que des travaux spécifiques soient entamés sur la question des changements climatiques. Ainsi, un projet de recherche dans une approche de recherche-action participative a été mené entre 2005 et 2009 à Le Goulet (des projets similaires ont eu lieu à Pointe-du-Chêne et Bayshore (Pointe Carron)).  L’objectif de l’étude était de coordonner la démarche des citoyens, des élus et des agences dans la prise de décision entourant l’adoption de pratiques durables en matière d’adaptation face aux problèmes d’érosion et d’inondations dans le contexte des changements climatiques. 

La démarche utilisée par les chercheurs s’est faite en trois temps : 1) cueillette des données concernant les représentations sociales des résidents de la zone côtière au sujet du changement climatique, des impacts et de l’adaptation à l’aide d’entrevues semi-dirigées; 2) éducation et sensibilisation des acteurs par l’entremise de séances d’informations et de discussion dans les communautés pour co-construire l’objet de la recherche et enfin; 3) la phase engagement des communautés par l’entremise de la coordination de groupes de discussions qui a conduit à la rédaction collective d’un plan d’action pour l’adaptation. 

Les enquêtes et séances d’information ont permis d’identifier les manques de connaissance vis-à-vis des changements climatiques et de leurs conséquences pour les zones côtières. Le projet a ainsi permis de mettre à jour les connaissances des élus et des citoyens participant au projet. La majorité des participants ont déclaré que ce processus les a habilités à mieux comprendre les phénomènes des changements climatiques et de la hausse du niveau marin ainsi qu’à augmenter leur sensibilité à une adaptation proactive.

Dans la perspective des résidents, la prochaine étape serait de travailler sur une sensibilisation plus large des citoyens, ce pour quoi une assistance serait nécessaire en ce sens. À Le Goulet les participants jugent que dans le but de mobiliser la communauté, il y a un besoin de sensibilisation au moyen de « focus groups » avec les citoyens. Ils ont demandé que la démarche en soit une de co-construction : c'est-à-dire de négociation des termes de référence avec la collectivité locale. 

D’autres études ont été menées par l’IRZC. Le Goulet fait aussi partie des trois collectivités ayant fait l’objet d’un relevé LIDAR et impliquées dans le programme fédéral Initiatives de collaboration pour l’adaptation régionale (ICAR), les deux autres étant Bas-Caraquet et Shippagan. Ces études ont permis de modéliser et de cartographier les risques d’inondation.