3.2.6 Plans d’urgence

Comme tout évènement climatique ne peut pas être évité, il est important d’établir des plans d’urgence. Ceux-ci sont généralement élaborés à l’échelle municipale. Pour des évènements de plus grande ampleur, des organismes étatiques peuvent prendre le relai (p.ex. ministère de la sécurité au Québec, FEMA aux États-Unis). Les plans d’urgence doivent prévoir de nombreuses actions :

  • alertes
  • évacuations
  • aide médicale d’urgence
  • protection des biens et personnes
  • aide alimentaire
  • autres

Il s’articulent dans le temps en trois phases (Arlington Group et al., 2013) :

  • préparation (preparedness) : implantation d’un système efficace, acquisition d’équipement et de denrées de base, recrutement et formation d’intervenants, information du public, exercices ;
  • réponse (response) : évacuations, établissement de barrages de fortune, etc., durant l’évènement ;
  • récupération (recovery) : reconstruction, nettoyage, rapatriement ou relocalisation des personnes déplacées, compensations d’urgence de nature financière ou en nature (eau potable, aide alimentaire, semis, matériel agricole, etc.).

Les plans d’urgence varient selon le contexte. Ainsi, en Illinois aux États-Unis, les alertes sont transmises par téléphone cellulaire, au Bangladesh, on utilise plutôt des hauts-parleurs, dans d’autres endroits ce seront la télévision ou la radio.

Les plans d’évacuation sont difficiles à mettre en œuvre à grande échelle, comme l’a montré le cas de Katrina, où une grande partie de la population de la Nouvelle-Orléans n’a pas pu être évacuée, manque de moyens de transport (les autobus de la ville étant eux-mêmes inondés) et de coopération des résidents qui hésitent à abandonner leur maison par crainte des vols et par incertitude sur les conditions d’hébergement temporaires. Une évacuation nécessite l’information et la participation de la population. Parfois, des solutions originelles émergent à l’exemple de ces signaux d’évacuation conçus par des artistes de La Nouvelle-Orléans (figure 22).

Ces deux photos montrent d’un côté une sculpture artistique d’un personnage levant le bras et de l’autre côté un panneau d’avertissement difficilement à remarquer.

Figure 22. Signe d’évacuation à La Nouvelle-Orléans conçu par l’artiste Douglas Kornfeld suite à un concours organisé par le conseil des arts de La Nouvelle-Orléans, qui remplace les panneaux précédents.

Source : Photos by Kirsten Howard, http://adaptationstories.com.