3.2.3 Systèmes d’évacuation d’eau

En cas de tempête ou d’ouragan, les quantités d’eau charriées par les précipitations et les crues dépassent souvent la capacité de drainage des systèmes de canalisation des eaux, provoquant ainsi des inondations. De plus, de telles crues peuvent endommager des usines de traitement d’eaux usées ou de production d’eau potable. De tels évènements mettent en péril l’approvisionnement en eau potable et posent un risque pour la santé publique à travers la propagation de maladies hydrique et de contaminants charriés par les eaux de surface.

Le drainage des eaux de crue peut s’effectuer à différentes échelles, allant de modestes tuyaux aux ouvrages imposants de Tokyo ou Bangkok (figure 7). Dans tous les cas, un système d’évacuation d’eau de crue doit en principe être intégré avec le système régulier d’écoulement des eaux de surface, comme les égouts, caniveaux, ravines, etc., ce qui n’est cependant pas toujours le cas. De plus en plus, les planificateurs urbains intégration des réservoirs naturels comme aires tampon dans les systèmes d’évacuation de crues.

Ces photos montrent la pose d’un tuyau de petite envergure à Haïti par les soldats des Nations unies et un tuyau d’évacuation assez grand pour tenir facilement trois personnes debout.

Figure 7. a) tuyau d’évacuation de crues posé par la MINUSTAH aux Gonaïves, Haïti, b) conduit d’évacuation à Bangkok, Thaïlande.

Source : Minustah, https://minustah.unmissions.org/la-minustah-aide-à-réduire-les-risques-d’inondations-aux-gonaïves, b) Bangkokpost, 2012, http://www.bangkokpost.com/learning/learning-from-news/266424/super-express-floodway