3.1.6 Conclusion

L’introduction de la vulnérabilité, de l’adaptation et de la résilience, concepts fondamentaux de la recherche sur le changement climatique, mais aussi de l’action climatique montre la complexité des problématiques posées par le réchauffement climatique au sein des sociétés humaines. Sur le plan de la recherche scientifique, le changement climatique ne relève pas seulement de la science du climat, mais de bien d’autres disciplines (biologie, géologie, géographie, sociologie, anthropologie, histoire, science politique, psychologie sociale, etc.). C’est pour cette raison que des approches interdisciplinaires sont indispensables dans ce domaine, afin de travailler la synergie des concepts introduits ici. Par ailleurs, sur le plan de l’action climatique, la mise en œuvre de programmes ou de politiques d’adaptation n’est pas simple. D’une part l’adaptation n’est pas qu’une politique publique, c’est avant tout un processus social et d’autre part l’action en termes d’adaptation ne relève pas seulement d’un domaine d’action. L’adaptation s’inscrit à la fois dans le domaine de l’environnement, du développement socio-économique, de l’éducation et de la santé. Ceci oblige à repenser l’approche sectorielle de l’action publique appliquée par les gouvernements depuis des décennies et à intégrer la notion de mainstreaming. Enfin, le besoin d’un dialogue constant entre la recherche scientifique et l’action politique est d’autant plus renforcé dans le cadre du changement climatique. Ces domaines ne peuvent être déconnectés dans un contexte de changement permanent dans lequel les avancées scientifiques et les expériences empiriques menées sur le plan collectif (public ou social) viennent se nourrir mutuellement.