3.1.2 La vulnérabilité au changement climatique : un concept confus

Un des enjeux permettant de rendre opérationnel et de hiérarchiser les besoins en termes d’adaptation est l’évaluation de la vulnérabilité. Pour cela, il faut déjà définir ce qu’est la vulnérabilité, et ce à quoi elle fait référence. L’état de l’art sur le concept de vulnérabilité peut-être décrit selon Hinkel2 comme « une confusion babylonienne ». En effet, il existe de nombreuses définitions de la vulnérabilité, Thywissen3 en dénombre 35. Autant de définitions qui sont accompagnées d’autant de méthodes d’évaluation différentes (Hammill et al., 2013). Aussi, la vulnérabilité apparait comme un concept confus et difficilement mesurable, alors qu’il constitue un enjeu fondamental dans la mise en place de politique d’adaptation. 

On peut toutefois rappeler la définition fournie par l’IPCC (Working group II, 2007) : « le degré auquel un système risque de subir ou d'être affecté négativement par les effets néfastes des changements climatiques, y compris la variabilité climatique et les phénomènes extrêmes. La vulnérabilité dépend du caractère, de l'ampleur, et du rythme des changements climatiques auxquels un système est exposé, ainsi que sa sensibilité et de sa capacité d'adaptation ».

Il est utile de porter une attention particulière aux termes évoqués dans cette définition. Selon Adger (2006), l’exposition est définie comme étant la nature et le degré auquel un système ressent un stress environnemental ou socio-politique ; la sensibilité comme le degré auquel un système est affecté ou modifié par les perturbations ; et la capacité d’adaptation comme l’habilité d’un système à évoluer afin de s’accommoder aux hasards environnementaux ou aux changements politiques et d’augmenter le nombre de variabilités auxquelles il peut faire face (Adger, 2006).

Selon Hinkel (2011), il est difficile de rendre définition de l’IPCC opérationnelle. Il rappelle que la vulnérabilité est un concept théorique qui n’est par conséquent ni quantifiable ni mesurable, la définition de l’IPCC en est la preuve. Pour autant, cette définition sert de référence et les diagnostics de vulnérabilité restent la première étape vers l’élaboration de politiques d’adaptation. 

2 Ibid.
3 Cité dans Hinkel, J., « « Indicators of vulnerability and adaptive capacity »: Towards a clarification of the science–policy interface. » Global environmental change, 21, 2011, p. 199.