2.1 Augmentation du niveau de la mer - causes et prévisions

L’océan recouvre environ 71 % de la surface de la planète, soit 3,6 x 108 km2 et contient  1,3 x 1021 (trilliards) litres d’eau, ce qui représente 97 % de toute l’eau du monde. On pourrait donc penser que l’eau de fonte de glaciers et calottes glaciaires, qui ne représente qu’un infime pourcentage de ce volume, n’affectera pas grandement le niveau de l’océan, pas plus que son coefficient d’expansion thermique de 2,07 x 10−4/°C. En effet, les 19,5 centimètres d’augmentation du niveau de la mer mesurés entre 1870 et 2004 (Church et White, 2006) ne représentent que 5,15 x 10−6 % de la profondeur moyenne de l’océan de 3790 mètres. Pour les 1 634 701 km de zones côtières du monde (WRI, 2012)1, cette augmentation, aussi petite qu’elle soit par rapport à la taille de l’océan, représente un changement majeur qui amplifie les problèmes d’érosion et d’inondations.

1Il est à noter que la longueur d’une côte est une mesure relative qui dépend de l’échelle. À cause de la nature fractale de la côte, sa longueur augmente à mesure que la taille des segments utilisés pour la mesurer est petite, comme l’explique Benoît Mandelbrot dans son célèbre article de 1967 ("How Long Is the Coast of Britain ? Statistical Self-Similarity and Fractional Dimension", Science 156, 636-638). Ainsi, avec un étalon de 200 km, la côte de la Grande-Bretagne mesure 2400 km, avec un étalon de 50 km, 3400 km.