Web Designer


Voici les espèces de la flore que vous retrouverez si vous empruntez cette section de la piste cyclable et qui deviendra le futur sentier d'interprétation.

La flore

Quenouille à feuilles larges
(Typha latifolia L.) :

La quenouille est une plante que plusieurs personnes reconnaissent. On la retrouve dans des milieux humides. Elle indique souvent la présence d'eau douce. La quenouille peut pousser jusqu'à neuf pieds de hauteur.



Prêle des champs
(Equisetum arsevense) :

Cette plante peut être trouvée dans des terrains peu drainés. De même, elle peut être présente dans des sols bien drainés composés de sable et de gravier. Cette plante est toxique pour les animaux. Elle cause surtout des intoxications chez les chevaux car cette plante se retrouve parfois parmi le foin que les chevaux mangent.



Pissenlit
(Taraxacum officinale)

Cette plante que l'on connaît très bien est comestible. Les feuilles peuvent être mangées crues durant le printemps ou à l'automne et la fleur est utilisée pour la préparation de vin domestique. De plus une fois torréfiées, leurs racines peuvent être utilisées comme substitut de café.



Aulne rugueux
(Alnus rugosa) :

Cet arbre pousse le long des cours d'eau, des marécages et des tourbières. Son écorce est foncée et ses fruits sont sous forme de petits cônes. Les chevreuils, les rats musqués et les orignaux mangent les brindilles de cet arbre. L'aulne rugueux est souvent planté le long des cours d'eau pour diminuer l'érosion.



Trèfle blanc
(Trifolium repens) :

Les feuilles du trèfle blanc sont divisées en trois parties, de forme elliptique. La plante n'a au plus que 15 cm de hauteur. La fleur du trèfle se développe lorsque qu'il y a au moins 14.25 heures de lumière par jour. L'abeille domestique en récoltant le nectar des fleurs, transporte le pollen d'une fleur à l'autre, ce qui assure la fécondation croisée.



Trèfle rouge ou Trèfle des prés
(Trifolium pratense) :

Cette plante devient plus haute (20-40cm) que le trèfle blanc. Ses feuilles sont aussi divisées en trois parties et elles sont marquées par un "V" blanc. La reproduction de ce trèfle ne se fait pas par les abeilles domestiques car leur langue n'est pas assez longue pour recueillir le nectar. C'est la présence de certains papillons et de bourbons qui fait que le trèfle est capable de se reproduire.



Vesce jargeau
(Vicia cracca) :

Les fleurs bleues, violettes ou mauves sont regroupées en grappes (10-30 fleurs) et elles produisent beaucoup de nectar que les abeilles transforment en miel. La tige de cette plante est faible et se retrouve souvent entremêlée avec les plantes voisines. Les fruits sont semblables à ceux des haricots mais plus petits.



Bouton d'or
(Ranunculus acris) :

Cette plante communément appelée fleur-de-beurre, contient un jus irritant. Son jus peut provoquer des ampoules en contact avec la peau des personnes à épiderme sensible. À cause de ses ressemblance à ses anciens fossiles, la famille des boutons d'or est considérée comme un des plus vieux groupes de plantes qui vive aujourd'hui.



Iris versicolor
(Irideceae versicolor) :

On retrouve l'iris versicolor dans des terrains humides. Elle fleurit entre mai et juillet et peut atteindre environ 30 à 90 centimètres de hauteur. Durant l'automne, ses racines sont recueillies et utilisées pour la production de certains médicaments.



Mil
(Phleum pratense) :

Cette plante provient de la famille du blé. Elle peut mesurer entre 50 à 100 cm de hauteur et sa tige est ronde et creuse. Le Manitoba est la province qui produit la plus grande quantité de graines de mil au Canada. Elle en produit pour le marché canadien ainsi que pour l'Europe, le Japon et les États-Unis.



Trèfle pied-de-lièvre
(Trifolium arvense) :

Ce trèfle pousse très bien dans des régions où le sol est sablonneux ou très sec. Celui-ci peut être utilisé pour créer un beau bouquet séché. Les trèfles sont riches en nitrates donc ils sont utiles en agriculture car ils aident à enrichir le sol.



Trèfle alsike
(Trifolium hybridum) :

Celui-ci est l'espèce de trèfle la mieux adaptée aux terres argileuses et aux températures froides de l'hiver. Il s'accommode à des terres acides mais il ne tolère pas des sécheresses. La fécondation se fait par les abeilles domestiques, les bourdons et quelques papillons.



Marguerite blanche
(Chrysanthenum leucanthemum) :

Les jeunes feuilles se consomment crues, en salade, très tôt au printemps. La fleur apparaît durant sa seconde année de croissance. Avec celle-ci, on peut préparer un thé doux si on cueille la fleur avant qu'elle ne soit infestée par un insecte.



Trèfle couché
(Trifolium procumbens) :

Ce trèfle préfère les sols sablonneux et secs. À cause d'un désordre génétique, certaines feuilles de trèfle portent 4 ou 5 folioles au lieu des 3 habituelles. On dit donc que si quelqu'un trouve un trèfle à 4 "feuilles" il sera heureux et riche toute sa vie. Par contre, le trèfle à 5 "feuilles" est vu comme un signe de malchance.



Oxalide dressée
(Oxalis stricta) :

Cette plante pousse dans des sols sablonneux. Ses feuilles sont sous forme de cœur et sa fleur est jaune en forme de trompette avec 5 pétales. La feuille est considérée être riche en vitamine C. On peut utiliser celle-ci dans une salade.



Potentille de norvège
(Potentilla norvegica) :

Cette plante a plusieurs petites fleurs jaunes à 5 pétales. Les feuilles de la potentille de norvège ressemblent aux feuilles du fraisier. Par contre, les feuilles de la potentille sont poilues, droites et raides contrairement au feuilles du fraisier.



Stellaire graminoïde
(Stellaria graminea) :

La plante porte une belle petite fleur en forme d'étoile à 5 pétales blanches coupées en 2 parties. La plante jeune est riche en fer et en vitamine C. Elle est utilisée crue ou bouillie comme un légume vert.



Onoclée sensible
(Onoclea sensibilis) :

On retrouve souvent ce type de fougère en grandes colonies denses, ne laissant aucun espace pour d'autres espèces. L'onoclée sensible semble avoir causé l'empoisonnement de certains chevaux qui l'auraient mangée. Elle cause des désordres nerveux mais les symptômes présentés ont été différents d'un cheval à l'autre.



Verge d'or
(Solidago) :

Le nom scientifique solidago vient des mots latins "solidus" et "ago" qui veulent dire "restaurer ou guérir". Il existe plusieurs espèces de verge d'or en Amérique du Nord et on les retrouve dans plusieurs habitats : les dunes maritimes, le bord des routes, les forêts, les tourbières, etc.



Épervière jaune
(Hiercacium) :

Cette plante se distingue par sa tige poilue et l'absence de feuilles sur la tige. En 1652, Culpepper prescrivait plusieurs plantes à fleurs jaunes dont les épervières, les pissenlit officinal et les léontodon d'automne pour les chaleurs d'estomac, les morsures de serpents venimeux et autres.



Laiteron des champs
(Sonchus arvensis) :

Le laiteron des champs symbolise la sottise et la jeunesse. Celui-ci semble préférer les sols alcalins (pH 7.4 -7.8) et des terrains plutôt sablonneux. À cause de ses rhizomes rigoureux, elle peut parfois devenir envahissante.



Herbe à dinde
(Achillea millefolium) :

On retrouve généralement l'herbe à dinde dans des milieux secs. Les Amérindiens utilisaient celle-ci contre les nausées, les vomissements, les crampes du système digestif et les coups de froid. De même, la plante fraîche broyée et appliquée sur les plaies et les coupures favorise leur cicatrisation.



Mélilot blanc
(Melilotus albus) :

Un bouquet de cette plante parfume bien une pièce et les fleurs séchées gardent leur odeur longtemps. Le mélilot est souvent placé dans des sachets dans les tiroirs. De même, celui-ci est utilisé dans l'entreposage des vêtements et des fourrures pour les protéger.



Onagre bisannuelle
(Oenothera biennis) :

On retrouve cette plante dans des lieux ouverts et bien drainés. L'onagre bisannuelle est utilisée contre les irritations de l'estomac et de la vessie, la toux, l'asthme et la diarrhée chronique.



Plantain majeur
(Plantago major) :

Cette plante sert à teindre la laine en vert. Les sapins et les grosses chenilles rousses et noires aiment les feuilles du plantain majeur. On retrouve souvent celui-ci le long des chemins.



Galéopside à tige carrée
(Galeopsis tetrahit) :

Autrefois, cette plante faisait partie d'un mélange d'herbes servant à soigner les troubles pulmonaires. Celle-ci fait partie de la famille de la menthe. Plusieurs plantes de cette famille ont un parfum spécial ce qui explique leur utilisation en parfumerie, en confiserie ou comme condiment.



Rudbeckie
(Rudbeckia) :

Plante ayant une jolie fleur jaune ou orange ressemblant à des marguerites avec un disque central foncé. On retrouve celle-ci dans des endroits secs ou humides en été et en automne.



Panais sauvage
(Pastinaca sativa) :

Le panais est plus ou moins sauvage. Il est de la même espèce que le panais que l'on retrouve au marché. Cette plante fait partie de la famille de la carotte. Les racines de celle-ci sont plus sucrées que celles de la carotte.



Impatiente du cap
(Impatiens capensis) :

Les fleurs de l'impatiente du Cap sont différentes et jolies. Elles sont oranges avec des petites taches. Le nectar des fleurs attire les oiseaux-mouches qui sont très intéressants à observer.



Framboisier rouge
(Rubus idaeus) :

Cet arbuste produit un fruit délicieux qui devient mûr en juillet et août. De même, les feuilles du framboisier rouge sont utilisées pour la préparation d'une tisane qui est très reconnue. Ces feuilles sont utilisées depuis des centaines d'années pour le support du système reproductif, spécialement durant une grossesse.



Rosier sauvage
(Rosa) :

La rose est l'une des plus anciennes fleurs cultivées. Par contre, il faut faire attention quand on la cultive car les brindilles de plusieurs espèces sont recouvertes d'épines. Les couleurs des fleurs du rosier varient. On en retrouve des blanches, des jaunes et des roses. La rose produit un fruit de couleur rouge vif vers la fin de l'été.



Athyrie Athyrie fougère-femelle
(Athyrium filix-femina) :

Si on compare l'athyrie fougère-femelle avec les autres fougères, on remarque que celle-ci peut tolérer le soleil et les sols secs. Elle est de taille moyenne (0,5 m) et pousse en colonies clairsemées.



Agrostis gigantea
(Agrostis gigantea) :

Cette plante préfère les lieux ouverts et les sols plus ou moins humides. Elle pousse dans toutes les provinces canadiennes et dans les territoires. L'agrostide forme des fleurs rouges pour une courte période de temps, ce qui lui a donné son nom anglais de "red top".



Calamagrostis du Canada
(Calamagrostide canadensis) :

Celle-ci préfère des sols humides, mouillés ou périodiquement inondés. Le calamagrostis du Canada s'établit presque partout où l'on retrouve l'aulne rugueux. Celle-ci est également présente dans toutes les provinces canadiennes incluant les territoires.



Sapin baumier
(Abies balsamea) :

Le sapin baumier nous est très utile. Presque blanc, son bois est léger et très fort. On l'utilise beaucoup dans l'industrie des pâtes et papiers et pour la construction. C'est aussi l'arbre préféré pour la fête de Noël.



Bouleau blanc ou bouleau à papier
(Betula papyrifera) :

Cet arbre peut pousser très haut (jusqu'à 27 m). Son écorce adulte blanche qui peut être pelée du tronc est très solide et presque totalement résistante à la pourriture. Les indiens l'utilisaient pour la fabrication de canots.



Cèdre blanc
(Thuja occidentalis) :

Le bois du cèdre blanc est très résistant à la décomposition. Cet arbre tolère plusieurs types de sol. On peut le retrouver dans des endroits très secs ou des endroits assez humides (marais). Celui-ci a une odeur caractéristique et fournit un bois très léger et durable.





| Menu principal | Histoire et géographie | L'état de l'environnement | Ce qu'on peut faire | Ce qui a été fait | L'opinion des citoyens | Vie économique | Vie culturelle et touristique | Santé | Activités |


Tous droits réservés - Université de Moncton
Par Wendy Bourque, B.SC., (St. FX U)
Agente de recherche