Bienvenue Menu principal en français Version anglaise du conte
Le conte



Le projet
Le conte
Ateliers
Le changement climatique
Activités pédagogiques
Programmes scolaires
Attention nature
Matériel pédagogique
Modèles des enseignants
Réussites enseignantes
Recherche
Participants
Babillard des enseignants


Liens intéressants



Le premier Cercle des écosages

Diane Pruneau et André Doyon

 

On était le 31 mars 2002. Comme au cours de la semaine précédente, il faisait un temps superbe, mais trop chaud pour la saison. Marc regarda le thermomètre placé à la fenêtre de sa chambre: 30 degré Celsius! Qui aurait pu imaginer un temps pareil au printemps, et dans les provinces de l'Atlantique! Que faire pour se rafraîchir? Les piscines étaient encore fermées. Marc décida de se réfugier dans son lieu personnel préféré : le sous-sol.

Il descendit les marches lourdement et alla s'installer, comme d'habitude, dans le fauteuil de son grand-père, pour lire un bon livre. Il faisait frais au sous-sol et Marc y était si confortable qu'il s'endormit, recroquevillé dans la vieille chaise colorée, aux motifs amérindiens. Quand il se réveilla, il remarqua que, pendant son sommeil, il avait fait basculer le fauteuil qui, maintenant, démontrait une position presque couchée. Surpris, Marc se leva pour mieux étudier la situation. Il ne savait pas que son siège préféré pouvait s'incliner. Il remarqua que le dossier, sans être cassé, était plus bas qu'à l'habitude. En regardant de plus près, il aperçut un livret jauni, coincé entre le dossier du fauteuil et le siège. Marc tira sur le livret pour le libérer.

Il ouvrit le livret qui était écrit à la main sur du papier ressemblant à des écorces d'arbres. Il fut très surpris de constater que le texte lui était adressé : " Marc, je suis heureux que tu aies enfin trouvé le manuscrit … toi, mon seul descendant ! Marc, tu es destiné à devenir un écosage, c'est-à-dire une personne dont la mission est de préserver la terre de la grande chaleur! Le quatre-temps va t'accompagner tout au long de ton voyage. En temps et lieu, tu auras d'autres informations. Okida. "

Retour au haut de la pageMarc lut et relut les phrases du livret. L'écriture s'étalait sur une seule page et malheureusement, les pages suivantes étaient vides. Marc apporta le livret dans sa chambre pour réfléchir à la situation. Le lendemain, il questionna sa mère et il apprit que son grand-père était un descendant amérindien. Il ne parla toutefois pas du livret. Il se questionnait sans cesse à propos des mots trouvés dans celui-ci. Les écosages … La grande chaleur de la terre … Qu'est-ce que c'était que toute cette histoire?

Il avait entendu dire aux nouvelles que la terre était en train de se réchauffer dans certaines régions et de se refroidir dans d'autres. Était-ce de ce phénomène que son grand-père avait voulu lui parler? Il se rappela du quatre-temps et il se rendit dans le bois pour rapporter un spécimen.

En revenant dans sa chambre, il rouvrit le vieux livret et il y déposa le quatre-temps. À sa grande surprise, des mots apparurent sur les pages auparavant vierges : " Nous, les amérindiens étions étroitement liés à la terre. Nous pouvions la sentir et la protéger et, en retour, elle nous protégeait et nous offrait tout ce dont nous avions besoin pour vivre. Nous vivions en harmonie avec la nature. La vie moderne a éloigné les gens de la nature. Les amérindiens ont presque disparu de la planète et leur nombre est maintenant insuffisant pour protéger la terre. Ils ont besoin d'aide et c'est maintenant à une nouvelle race d'humains d'apporter leur contribution. Tu fais partie de cette race qui s'appelle les écosages. Marc, tu es un écosage. Tu as la sagesse, le sens de l'observation, l'intelligence et le cœur pour réussir … Prends le temps de te relier à la terre et tu comprendras ce que tu dois faire … " Et de nouveau, plus d'écriture dans les pages suivantes.

Retour au haut de la pageMarc, qui, bien sûr, voulait en savoir davantage, décida d'aller s'asseoir dans le boisé pour réfléchir. Sa mère lui avait enseigné comment s'y prendre pour se relier à la terre. Il s'agissait de s'asseoir tranquillement dans la nature, dans un endroit que l'on aime bien (près d'un arbre, d'une rivière ou d'une grosse roche) de se fier à son cœur et de laisser les sensations et les impressions monter en soi. C'est ce qu'il fit, près d'un îlot de quatre-temps où poussait un grand pin planté jadis par son grand-père. Son regard fut bientôt attiré par le thé du Labrador, plante printanière ouverte cette année plus tôt que prévu. Les feuilles du thé étaient jaunâtres et sèches. Les quatre-temps aussi étaient asséchés et semblaient souffrir de quelque mal inconnu. Le sol n'avait pas l'odeur d'humidité habituelle. Il perçut alors une chaleur soudaine qui sortait du sol et il ressentit la douleur et le stress que la nature pouvait vivre ces derniers temps. Les choses n'étaient plus comme avant et les êtres vivants ne savaient comment s'adapter à ces soudains changements. L'air lui sembla pesant et il se sentit mal. Il rentra chez lui.

Pendant plusieurs jours, il réfléchit à l'expérience vécue dans le boisé. Il était touché par la détresse de la terre et il ne savait pas ce qu'il pouvait faire pour l'aider. De plus le livre de son grand-père refusait obstinément de lui donner de nouvelles informations. Il partagea son aventure avec son amie Mélissa, celle qui s'habillait toujours de la même couleur que les quatre-temps. Mélissa, la scientifique, lui expliqua les choses à sa façon : " C'est bien simple, Marc! La terre est comme ma mère. Elle est en ménopause! Elle fait des bouffées de chaleur! La ménopause est bien difficile car la terre a été maltraitée ces dernières décennies : bombardée de CO2, de méthane et d'autres gaz. Si on n'aide pas la terre, elle va se sentir encore plus mal et elle pourrait mourir doucement. Mais, on peut la soigner … Que penserais-tu de l'aider à se reposer pendant quelques années?

Marc sourit à Mélissa. Il avait compris sa mission d' écosage. Les deux amis cherchèrent alors des solutions pour aider la terre : le Cercle des écosages était né. Ce jour-là des mots nouveaux apparurent dans le livret du grand-père. C'était la charte du Cercle des écosages. Ça disait : " Un écosage s'engage à protéger l'équilibre climatique et y consacre son cœur, sa tête et son sens de l'observation. Il ou elle collabore avec la nature et avec les personnes de sa communauté. Il ou elle parle avec son cœur, respecte les différences et accueille les idées nouvelles. Un écosage agit et fait preuve de persistance.

" Peut-être que vous aussi êtes un ou une écosage et que vous ne l'avez pas encore découvert … Peut-être avez-vous des idées pour aider la terre à se reposer… Peut-être êtes-vous prêt ou prête à poser des gestes avec d'autres…


Retour au haut de la page



 



Webdesigner
Isabelle Levesque
Productions Multimédia MANA-i.net
© Tous droits réservés, Copyright, Université de Moncton, Littoral et vie 2002