Aller au contenu | Aller au menu | Politique d'accessibilité

Articles de recherche.

Construire des compétences d'adaptation aux changements climatiques grâce à l'éducation relative à l'environnement | Écrit par Diane Pruneau, Charline Vautour, Nathasha Prévost, Nicole Comeau & Joanne Langis (2009). Éducation et francophonie, 37 (2), 132-151.

Résumé: Depuis le début des temps, les humains se sont adaptés aux modifications de leur environnement, réagissant par ajustement corporel, par acclimatation ou par des pratiques culturelles et technologiques. Les humains peuvent ainsi transformer leur alimentation, leurs vêtements, leurs habitations… La qualité des mesures d'adaptation choisies dépend de la compréhension du contexte par les acteurs, de leurs compétences et de leur intention d'agir. L'éducation relative à l'environnement (ERE) peut renforcer la résilience et l'adaptation des citoyens aux changements climatiques. Certaines pratiques pédagogiques propres à l'ERE peuvent être mises à profit pour accompagner les citoyens pendant qu'ils analysent les problèmes locaux, prédisent les impacts des changements climatiques et proposent des mesures d'adaptation. Ces pratiques encouragent le développement de compétences telles que l'analyse du milieu, la résolution de problèmes et la pensée prospective. Des adultes en alphabétisation ont été observés pendant qu'ils cheminaient dans la proposition de mesures d'adaptation aux impacts des inondations en agriculture. Des idées d'adaptation efficaces ont été proposées par ces adultes grâce aux compétences et pratiques particulières du groupe (connaissance endogène du terrain, façon expérientielle de résoudre un problème, pensée prospective large, attitude de persévérance face aux situations complexes…), de même que grâce à un accompagnement qui favorise le renforcement de compétences en matière de résolution de problèmes.


Helping Young Students to Better Pose an Environmental Problem | Écrit par Diane Pruneau, Viktor Freiman, Pierre-Yves Barbier & Joanne Langis (2009). Applied Environmental Education and Communication, 8 (2), 105-113

Abstract: Grade 3 students were asked to solve a sedimentation problem in a local river. With scientists, students explored many aspects of the problem and proposed solutions. Graphic representation tools were used to help students to better pose the problem. Using questionnaires and interviews, researchers observed students' capacity to pose the problem and their solutions before and after the use of the representation tools. Even if environmental problems are complex and ill-structured, the young students made progress toward more coherent representations and better solutions. Representation and problem-solving strategies to improve children's capacity to better pose a problem are suggested.


Accompagner des citoyens dans des actions d'adaptation aux changements climatiques | Écrit par Diane Pruneau, Abdellatif Khattabi & Jackie Kerry (2009). Liaison Énergie-Francophonie, 82, 48-52.

Résumé: Depuis le début des temps, les humains se sont adaptés aux modifications de leur milieu, réagissant par changements génétiques, par ajustement corporel, par acclimatation et par des pratiques culturelles et technologiques (O’Neil, 2008). Les citoyens serontils en mesure de s’adapter aux changements prévus pour le 21e siècle : accroissement de la température globale, modifications dans les régimes de précipitations, événements extrêmes, bouleversements dans la production alimentaire, accessibilité limitée à l’eau, dommages à la santé humaine (multiplication des insectes vecteurs de maladie, augmentation des conditions de morbidité…), nécessité de modifier leurs comportements en matière de consommation d’énergie (IPCC, 2007) ? L’adaptation est l’ajustement des systèmes socioécologiques en réponse à des changements environnementaux perçus ou attendus ainsi qu’à leurs impacts (Janssen et Ostrom, 2006). Présentement, on ignore si les citoyens pourront s’adapter aux changements clima tiques et comment, pourquoi et dans quelles conditions cette adaptation se réalisera.


Éduquer et communiquer en matière de changements climatiques: Défis et possibilités | Écrit par Diane Pruneau, Mélanie Demers, & Abdellatif Khattabi (2008). VertigO, 8 (2).

Résumé: Les éducateurs et agents de communication en matière de changements climatiques font face à de nombreux défis. Les concepts scientifiques reliés au climat sont souvent mal interprétés. Les citoyens estiment que les changements climatiques auront peu d'impacts sur leur propre vie. Ils perçoivent peu les changements graduels dans leur environnement. Les comportements de surconsommation rapportent pouvoir, plaisir et reconnaissance. Plusieurs personnes, déconnectées du milieu naturel, ont tendance à prendre des décisions émotives et à résoudre rapidement les problèmes environnementaux. À partir des travaux de recherche dans le domaine, des stratégies de communication et d'éducation sont proposées pour favoriser chez les apprenants une meilleure compréhension des changements climatiques, leur communiquer l'urgence d'agir, les motiver à adopter des comportements d'atténuation et les rendre aptes à implanter des mesures d'adaptation.


When teachers adopt environmental behaviors in the aim of protecting the climate. | Écrit par Pruneau, D., Doyon, A., Langis, J., Vasseur, L., Ouellet, E., McLaughlin, E., Boudreau, G. et Martin, G. (2006). The Journal of Environmental Education, 37(3), 3-14

Abstract: Teachers participating in a climate change education course were invited to voluntarily demonstrate new pro-environmental behaviours. They were interviewed in order to describe the process of change experienced. Facilitating professional development activities were: participation in a community of change, construction of knowledge on climate change, a solo in nature, and a continuum of values. Organizational skills, personal advantages and the ease of chosen actions were facilitating factors. Limiting factors included lack of time and lack of awareness of people around and the difficulty of affirming one’s differences. Participants experienced positive feelings in their process except for the guilt of forgetting the new actions.


The process of change experimented by teachers and students when voluntarily trying environmental behaviours | Écrit par Pruneau, D., Doyon, A., Langis, J., Martin, L. et Ouellet, E., Boudreau, G. (2006). Applied Environmental Education and Communication, 5(1), p. 33-40.

Abstract:During a training program on climate change education, teachers were invited to experiment with environmental behaviours in their personal lives. They then created their own climate change education model, with which they experimented in their classroom. Through teachers’ and students’ work, individual interviews and questionnaires, researchers monitored the behavioural change process of 25 teachers and of 75 students who participated in the pedagogical activities planned by the teachers. Motivational factors included a profound attachment to the natural environment and a desire to help the Earth. Facilitating factors included participation in a support group, the simplicity of chosen actions, and encouragement from family members. Limiting factors included time, the lack of awareness in one’s surroundings, forgetfulness, and fatigue. The theory put forward by Prochaska, Norcross and DiClemente (2002) was used to interpret the results and propose pedagogical interventions in climate change education.


The evolution of children’s ideas on pollution in the framework of experiential and socioconstructivist activities. | Écrit par Pruneau, D., Langis, J., Richard, J.-F., Albert, G. et Cormier, M. (2005).

Abstract: In a polluted village, researchers identified the initial conceptions of students on pollution and on the relationship between pollution and health. They then provided the students with a conceptual change process based on experiential and socioconstructivist activities: fieldtrips, analysis of environmental stressors, experimentation of a health improvement
plan, and environmental action. Following the project, the students have broadened their conceptions on pollution even if for them pollution remains garbage detectible by their senses. They can also name many effects of pollution on their health. Research results show the usefulness and limits of the proposed conceptual change process in modifying students’ ideas about pollution.


Un modèle pédagogique pour améliorer l’apprentissage des sciences en milieu linguistique minoritaire. | Écrit par Cormier, M., Pruneau, D., Rivard, L. et Blains, S. (2004)

Résumé: À la suite des faibles résultats obtenus en sciences par les élèves du milieu linguistique minoritaire canadien lors de tests nationaux et internationaux, nous avons amorcé la création d’un modèle pédagogique pour améliorer l’apprentissage des sciences en milieu minoritaire. La démarche d’élaboration du modèle a été réalisée en considérant certains éléments d’une pédagogie propice au milieu minoritaire et en partant d’une démarche d’évolution et de changement conceptuels en sciences. De même, en raison des limites langagières présentes en milieu minoritaire, nous avons ajouté au modèle les apports des différents éléments langagiers, soit la discussion orale, l’écrit et la lecture. Ces différents éléments s’arriment avec la démarche d’évolution et de changement conceptuels en progressant de l’informel vers le formel, tenant ainsi compte des limites langagières et de l’insécurité linguistique présentes dans ce milieu.


Quand l’enseignement des sciences fait évoluer les idées des élèves au sujet de la pollution et de la santé. | Écrit par Pruneau, D., Langis, J., Richard, J.-F. et Albert, G. (2003).

Résumé: Les enfants sont plus vulnérables aux polluants environnementaux que les adultes et doivent, par conséquent, être au courant des dangers locaux qui menacent leur santé. Dans un village présentant des risques environnementaux, les chercheurs ont identifié les conceptions initiales d’élèves de 9-10 ans au sujet de la pollution, de la santé et de la relation pollution-santé. Ils ont ensuite fait vivre aux élèves un processus de changement conceptuel comprenant l’expression, l’explicitation, la comparaison et l’écriture de leurs conceptions, l’observation réflexive de leur milieu, la comparaison de leurs idées avec celles d’une scientifique et le transfert des nouvelles connaissances par la communication et l’action environnementale. Suite au projet, les conceptions des élèves au sujet de la pollution se sont élargies tout en conservant l’idée que celle-ci est constituée de déchets perceptibles à l’aide des sens. Ils ont été davantage capables de nommer les caractéristiques d’une personne en santé et d’identifier des effets possibles des polluants locaux sur leur santé.


Experimentation with a socioconstructivist process for climate change education. | Écrit par Pruneau, D., Gravel, H., Bourque, W., Langis, J. (2003).

Abstract: A socio-constructivist and experiential process for climate change education was experimented within two coastal communities of Eastern Canada with 39 students 13 and 14 years of age. The pedagogical process, based on local observation of climate change, Duit’s conceptual change theory (1999) and experiential learning, aimed for the improvement of students’ conceptions of climate change: the nature of the phenomenon, its signs, causes, consequences and remedial actions as well as the possibility of mobilizing the population in reducing its impact on climate. Initial and final interviews with the young adolescents indicated an improvement in students’ ideas about climate change’s diverse dimensions. However, the students expressed their uncertainty regarding the adults’ ability to change their behavior. Students also identified educational activities that helped improve their conceptions.


Experimentation with a socioconstructivist process for climate change education. (version française) | Écrit par Pruneau, D., Gravel, H., Bourque, W., Langis, J. (2003).

Résumé: Le projet de recherche présenté dans cet article fait suite à une étude menée auprès de 190 personnes pour connaître leurs idées au sujet du changement climatique. Ces personnes avaient exprimé leurs connaissances, leurs croyances et leurs impressions au sujet de la nature du phénomène, de ses causes, de ses signes, de ses conséquences possibles et des gestes à poser pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre. L’étude menée en 2000, à Montréal et à Moncton, au Canada, et auprès d’adultes, d’adolescents et d’enfants (Pruneau, Liboiron et coll., 2001), avait permis d’identifier, chez de nombreux répondants, la présence des idées suivantes :

Suite à ces résultats, un modèle d’éducation au changement climatique a été élaboré. Dans cet article, nous expliquons ce modèle et nous le justifions au plan conceptuel. Nous racontons ensuite le projet Jeunes visionnaires durant lequel le modèle pédagogique a été expérimenté avec 9 adolescents dans deux communautés côtières canadiennes. La méthode de recherche employée est enfin décrite ainsi que les résultats de l’expérimentation du modèle sur les idées des jeunes. Nous terminons l’article en effectuant une analyse critique du modèle afin de proposer des interventions pédagogiques plus efficaces.


L’éducation au développement urbain. Quelle éducation pour quels développements ? | Écrit par Pruneau, D. et Desjardins, G. (2003).

Résumé: L’environnement des villes engendre des problèmes identitaires, sanitaires, sociaux, écologiques, etc. Des solutions ont été apportées à ces problèmes par différents mouvements d’action sociale comme ceux des communautés en santé, de l’architecture verte et des villes viables et écologiques. L’éducation relative à l’environnement trouve dans ces mouvements une source d’inspiration pour intervenir en milieu urbain et peut ainsi contribuer à éduquer les citoyens à une meilleure littératie urbaine. Quels types de développement orienteront le façonnement des villes nouvelles ? Plusieurs avenues sont possibles : développements humain, viable ou durable, esthétiques, accroissement du « capital social », etc. Chaque communauté déterminera les valeurs environnementales qui seront au cœur de la reconstruction de ses quartiers. La littératie urbaine se résume en des habiletés à lire et à recréer le milieu urbain. Les informations disponibles sur les problèmes urbains et leurs solutions ainsi que des stratégies employées traditionnellement en lecture de textes et en environnement serviront à affiner le regard des personnes impliquées. Des stratégies de créativité seront enfin mises à profit pour faciliter l’invention de solutions urbaines originales, adaptées au(x) type(s) de développement choisi(s).


L’enseignement des sciences en milieu minoritaire : Défis et possibilités. | Publié dans Actes du Colloque pancanadien sur la recherche en milieu francophone minoritaire : Bilan et perspectives. | Écit par Pruneau, D. et Langis, J. (2002).

Résumé: Une étude pan-canadienne (1999) a démontré, chez les élèves des milieux francophones minoritaires, des résultats d’apprentissage plus faibles en sciences que chez les élèves anglophones, ainsi qu’une attitude plus négative face à cette matière. Cet article vise l’explication de ces résultats grâce à une recension des écrits canadiens et américains, et par la présentation d’une mini-étude exploratoire menée auprès d’élèves et d’enseignants du sud-est du Nouveau-Brunswick. Des suggestions pédagogiques pour l’enseignement des sciences en milieu minoritaire et des pistes de recherche sont également proposées.

Telle qu’en témoigne une étude pan-canadienne menée auprès d’élèves de 13 et 16 ans (Conseil des ministres du Canada, 1999), l’apprentissage des sciences pose des problèmes particuliers en milieu minoritaire francophone canadien. En effet, cette étude montre que les résultats d’apprentissage des élèves de plusieurs milieux francophones minoritaires seraient plus faibles que ceux des élèves anglophones. Toujours selon la même étude, les élèves francophones en milieu minoritaire auraient développé une attitude moins positive face aux sciences que les élèves anglophones à qui on les a comparés.

Comment expliquer ces résultats? Il est certain qu’au cours de la dernière décennie, des recherches ont permis de déceler des résultats d’apprentissage faibles en sciences chez une proportion importante des élèves canadiens et américains (exemples : The National Commission on Mathematics and Science Teaching for the 21st Century, 2000 et McCann, 1998).. Divers facteurs ont été évoqués pour expliquer cette situation : le manque de formation des enseignants en sciences, l’insuffisance de matériel de manipulation, l’insécurité des enseignants face à cette matière, les difficultés financières reliées aux sorties sur le terrain, la surcharge de l’horaire semaine, les méthodes pédagogiques encore traditionnelles employées par les agents d’éducation, la sur-importance accordée aux matières fondamentales (le français et les mathématiques), etc. Nous considérons ces facteurs comme réels et présents partout au Canada…

Toutefois, qu’est-ce qui est spécifique à un milieu minoritaire et qui contribue à rendre la situation particulière dans ce type de milieu? La réponse à cette question se situe, entre autres, dans l’interaction de deux facteurs : la nature de l’apprentissage scientifique et la faiblesse des compétences langagières des élèves des milieux minoritaires.

Dans cet article, nous discutons d’abord de la nature de la démarche scientifique et des performances langagières nécessitées par l’apprentissage des sciences. Nous évoquons ensuite certaines des difficultés d’apprentissage rencontrées en sciences par les élèves en milieu minoritaire. À titre d’illustration, nous rapportons les résultats d’une mini-étude exploratoire effectuée dans le sud-est du Nouveau-Brunswick. Enfin, nous discutons de suggestions pratiques faites par les chercheurs travaillant en milieu minoritaire. Nous concluons en proposant des pistes de recherche pour arriver à mieux comprendre les défis auxquels font face les enseignants de sciences et les élèves en milieu minoritaire.


Les relations que les adolescents entretiennent avec leur environnement. | Écrit par Pruneau, D., Gravel, H. et Ouattara, I. (2002).

Résumé: Dans une ville rurale, les chercheurs ont analysé les types de relations que des adolescents de 13-14 ans entretiennent avec leur environnement. Trois moments de l’expérience avec l’environnement ont été choisis, pour fins d’analyse, avec le logiciel qualitatif Atlas-ti : le trajet vers l’école, une aventure en milieu naturel comprenant un moment de solitude et l’accomplissement d’une action environnementale. Les résultats des entrevues individuelles et de groupe démontrent que les adolescents sont spontanément moins intéressés par l’environnement que leurs camarades plus jeunes. Toutefois, des activités pédagogiques dans la nature qui leur permettent de s’émerveiller, de se reposer, de découvrir, de jouer et d’aider les animaux avec leurs amis peuvent éveiller un intérêt latent pour l’environnement et favoriser une rencontre avec le milieu.

Durant les dernières décennies, les recherches au sujet des jeunes de 14 à 17 ans ont favorisé l’identification de certaines caractéristiques de l’adolescence, âge qui constitue une étape de transition entre la dépendance enfantine et l’autonomie adulte. On sait des adolescents qu’ils vivent des transformations physiques, que leurs pulsions sexuelles apparaissent, que leur raisonnement abstrait se développe et qu’ils construisent progressivement des réseaux sociaux personnels, indépendants de leur famille. Ce vécu biologique et social renforce chez eux l’importance des relations interpersonnelles : les jeunes s’interrogent sur leur identité et les amitiés qu’ils créent sont autant d’occasions de se définir et de se sentir acceptés (Cloutier, 1996).

Qu’en est-il de la relation à l’environnement de ces jeunes personnes qui sont préoccupées à la fois par leurs transformations physiques, leur insécurité personnelle et leurs besoins d’affirmation et d’appartenance à un groupe? Les adolescents ont-ils suffisamment de disponibilité pour s’intéresser à la qualité de leurs milieux naturel et construit? Ces milieux ont-ils de l’importance pour eux? Les recherches contemporaines offrent peu de réponses à ces questions qui sont pourtant d’un intérêt capital en éducation relative à l’environnement. Il est important de préciser et de décrire les types de relations à l’environnement de ces apprenants particuliers afin d’être en mesure de choisir des stratégies pédagogiques adaptées à leurs besoins. En effet, si on parvient à identifier les objets d’intérêt environnementaux des adolescents ou les motifs qui pourraient les inciter à fréquenter et à aimer les paysages et les composantes de leurs milieux naturel et construit, on pourra mettre sur pied des activités pédagogiques destinées à favoriser un attachement avec ces espaces. La construction d’un attachement biorégional nous apparaît comme une étape préliminaire en éducation relative à l’environnement. Cette étape où l’apprenant accorde de la valeur à l’objet d’apprentissage (l’environnement) est nécessaire pour éventuellement le conduire à une implication environnementale et communautaire. Comme disait si bien Saint-Exupéry (1943), dans le Petit Prince, on prend un meilleur soin de ce qu’on a apprivoisé.


Education for liveable cities. Environmental and pedagogical actions at the University level | Pruneau, D., McLaughlin, E., Langis, J. et Gravel, H. (2002).

Abstract: Local Agenda 21 recommends the implementation of sustainability education both for the public and in formal education. A few authors have defined the goals of this type of education, though specific strategies for reaching them have yet to be elaborated. Sustainable cities movements have given rise to sustainability indicators and to solutions for improving the social, economic, cultural, ecological and healthful aspects of the community. Urban problems, sustainability indicators and actions are presented along with a pedagogical model aimed at introducing education for liveable cities at the university level, with future elementary teachers. The model consists of five steps: understanding, experiencing and valuing the concept of sustainability in his or her own life; observing and evaluating one’s community; reinventing one’s community; acting then sharing accomplished actions; reflecting and proposing educational activities for liveable cities at the school level. The model is presently being experimented in science education courses at the Université de Moncton, in Canada.


L’apprentissage expérientiel et ses applications en éducation relative à l’environnement. | Écrit par Pruneau, D. et Lapointe, C. (2002).

Introduction: Dans le présent chapitre, nous décrivons une démarche concrète d’enseignement et d’apprentissage qui permet d’illustrer plusieurs aspects de la pédagogie actualisante. Cette démarche s’est réalisée en éducation relative à l’environnement (ERE) selon une approche basée sur l’apprentissage expérientiel. Afin de permettre aux lectrices et aux lecteurs de faire plus facilement les liens entre le thème de l’apprentissage expérientiel appliqué en ERE et celui de la pédagogie actualisante, nous avons jugé nécessaire de consacrer l’essentiel du chapitre à la description de ces deux thèmes. Nous abordons tout d’abord l’apprentissage expérientiel : sa nature, ses avantages et ses critères inhérents. Nous faisons ensuite le lien avec l’ERE. Après avoir défini l’ERE et expliqué de quelle manière l’apprentissage expérientiel facilite l’acquisition ou le renforcement d’attitudes positives envers l’environnement, nous présentons brièvement différents travaux en ERE réalisés en milieu scolaire et communautaire au Nouveau-Brunswick dans une perspective d’apprentissage expérientiel. Finalement, en reliant les objectifs et les composantes de l’apprentissage expérientiel appliqué à l’ERE à ceux de la pédagogie actualisante, nous expliquons comment de tels travaux traduisent dans le concret les principes de cette pédagogie.


A Web site for the environmental literacy of community citizens. | écrit par Pruneau, D., Chouinard, O., IsaBelle, C., N’Kambou, R., Bourque, W. et Lévesque, I. (2000) .

Abstract: In a Canadian coastal community, University researchers, along with a group of citizens, work cooperatively in the creation of a Web site, which has the objective of involving the local population in a sustainable development process. The Web site, based on the Healthy Cities model, targets the awareness of environmental, cultural, economical and health situations of the citizens in their surroundings and their involvement in actions to improve these situations. Field pedagogical activities and a monthly newsletter complete the work of Web site literacy. Since the Web site targets two groups from the village, the students and the citizens, the various sections of this multimedia tool take into consideration the characteristics and needs of adult learners, as defined in andragogy. In this article, we present the content of the Web site along with the pedagogical and media activities which accompany it. We describe the theories behind environmental education and healthy cities, which have been put into good account in the Web site conception. We also report the first series of interviews carried out in order to gather comments from adults concerning the Web site. The results of these interviews demonstrate a concordance with the characteristics of the adult learners, as described in andragogic literature: the need to expand their knowledge, to share their experiences, to learn in a varied fashion, to be valued, and to avoid wasting time. We also discuss lessons taught us by the experiment.


Les facteurs qui influencent l’action environnementale dans les communautés. | Écrit par Pruneau, D., Chouinard, O., Musafiri, J.-P. et IsaBelle, C. (2000).

Résumé: Dans une communauté côtière, quatre groupes sociaux ont été choisis pour participer à différents programmes éducatifs destinés à promouvoir leur désir d'action environnementale. À la fin des programmes éducatifs, animés conjointement par un scientifique et un éducateur de l'environnement, les participants ont été invités à s'impliquer dans la résolution d'un problème environnemental: le manque de végétation dans le village ou un ruisseau endommagé. Suite à la réponse positive des quatre groupes, les chercheurs ont employé le récit de vie et l'entrevue semi-structurée dans le but d'identifier les facteurs socioculturels et pédagogiques qui ont motivé leur désir d'action. Les données ont été analysées par trois juges à partir de catégories à priori, avec ouverture sur des catégories émergentes. Les principaux facteurs de motivation ont été l'observation visuelle du problème, la réception d'informations, l'impression de la réalisabilité de la tâche, le sens de la solidarité et l'attente de récompenses personnelles suite à l'action.


Le chaînon manquant : la compréhension de la relation personne - groupe social - environnement. | Écrit par Pruneau, D., Chouinard, O. et Gravel, H. (1999).

Introduction: Comment l’éducation peut-elle stimuler la construction de rapports engagés et significatifs entre les personnes, les groupes sociaux et l’environnement? Malgré l’évolution de l’éducation relative à l’environnement, la réponse à cette question demeure incomplète et vague. Diverses interventions pédagogiques ont été proposées : améliorer les connaissances des citoyens au sujet du fonctionnement des écosystèmes et des problèmes environnementaux, les impliquer directement dans l’action environnementale (Stapp et coll., 1988), favoriser l’acquisition de valeurs environnementales (Unesco - PNUE, 1985), encourager la prise de conscience sensorielle et affective des bienfaits du milieu naturel (Van Matre, 1990), les habiliter à entrevoir et choisir leur futur (Hicks, 1996), promouvoir leurs habiletés critiques pour évaluer les comportements et choix sociétaux (Sauvé, 1997), etc. Malheureusement, ces diverses interventions pédagogiques ont été peu évaluées quant à leur efficacité et à leur impact.


An intergenerational education project aiming at the improvement of people’s relationship with their environment. | Écrit par Pruneau, D., Chouinard, O., Arsenault, C. et Breau, N. (1999)

Abstract: To improve people’s relationship with their biophysical environment and their community, an educational model was created and experimented with an intergenerational group in the coastal village of Cap-Pelé, Canada. The model consisted in inviting the participants to visit their environment in order to know, appreciate and criticize it, share their impressions, project a future vision of it, and take environmental action. The model, as applied, contributed to augmenting the young students’ knowledge of their bioregion, their desire to act to protect their surroundings, their sense of belonging, the frequency of their visits to their natural environment and their critical observation abilities. Senior citizens became more attached to their environment, perfected their sensory abilities, and increased their participation to the quality of their environment. The intergenerational dimension of the project constituted an important motivational and mobilizing factor for both social groups.


Un modèle d’éducation relative à l’environnement visant à modifier la représentation des écosystèmes biorégionaux. | Écrit par Pruneau, D., Breau, N. et Chouinard, O. (1997).

Résumé:La valeur écologique des terres humides, habitats riches de vie et productifs, est parfois méconnue des gens en général et même des résidents des zones côtières. Des élèves de 4 e année, à Bathurst, au Nouveau-Brunswick, ont été interrogés pour identifier leur représentation des marais salés et leur relation affective avec ceux-ci. Ces enfants connaissaient très peu ce milieu et n'avaient pour la plupart développé aucune relation avec celui-ci. Un nouveau modèle d'éducation relative à l'environnement, de type expérientiel et biorégional, a été élaboré et expérimenté avec eux dans le but de rendre leur représentation des marais plus juste, plus détaillée et d'améliorer leur relation avec ceux-ci. Le modèle, tel qu'appliqué, est parvenu à modifier leur représentation et leur relation sauf en ce qui concerne la fréquence des visites dans ce type de site.


Un modèle d’intervention pédagogique qui favorise la relation personne/groupe/social/environnement | Écrit par Pruneau, D. et Chouinard, O. (1997).

Résumé: L'attachement aux lieux, l'identité écologique, le sens du lieu, l'identité communautaire... Tous ces concepts décrivent une relation privilégiée avec l'environnement. Cette relation approfondie constitue un pré-requis (et parfois un résultat) à l'action environnementale, autant pour les élèves que pour les enseignants et les enseignantes impliqués en éducation relative à l'environnement. Quels sont les facteurs psychologiques, sociaux et culturels qui engendrent cette relation avec le milieu biophysique ou la communauté? Quelles sont les manifestations observables de ce lien affectif? Cet article tente de répondre à ces questions et présente un modèle d'intervention en éducation relative à l'environnement destiné à améliorer la relation personne - groupe social - environnement. Dans le cadre de ce modèle, qui se situe dans des perspectives biorégionale et expérientielle, les apprenants et les apprenantes sont invités à explorer leur environnement (pour l'apprécier, le critiquer et le connaître), à partager leurs impressions à son sujet, à projeter une vision de celui-ci dans le futur puis à s'impliquer dans une action d'amélioration. Finalement, les auteurs rapportent brièvement quelques expériences en cours qui permettent d'illustrer le modèle.


Le centre d’exploration scientifique à la maternelle : aménagement et animation | Écrit par Pruneau, D., (1996).

Résumé: Dans la plupart des maternelles axées sur la pédagogie du jeu, on retrouve un centre typique rempli d'objets hétéroclites, considérés comme des artefacts scientifiques : microscopes, loupes, aquarium, collection d'insectes, animaux naturalisés, etc. Il s'agit là du centre de sciences, qui, malheureusement, pose parfois certains problèmes aux enseignants chargés de l'aménager et de l'animer. Les contraintes rencontrées sont variées : popularité inconstante du centre auprès des élèves, difficulté à trouver des idées de renouvellement du matériel, impossibilité d'y évaluer les apprentissages, questionnement concernant les interventions pédagogiques les plus facilitantes, etc. Dans cet article, nous proposons une démarche d'exploration scientifique, à caractère constructiviste, qui pourrait favoriser le succès et la rentabilité de ce centre.

 

Projets | Accès direct

Pour en savoir plus

Mentions

L'utilisation des informations présentées sur le site Littoral et vie présente certaines restrictions qui fait l'objet d'un contrat Creative Commons.


Logo de l'université de Moncton