Aller au contenu | Aller au menu | Politique d'accessibilité

Description

Les problèmes environnementaux contemporains sont souvent causés par un manque de planification à long terme. Quand ils développent un projet urbain, touristique ou industriel, les acteurs pensent davantage à leurs intérêts immédiats et peu aux impacts futurs de leurs décisions sur la santé des humains et des écosystèmes. Agir selon les principes du développement durable nécessite, entre autres, une capacité, de la part des individus, de prendre des décisions de développement dans lequel le futur est pris en considération. Les jeunes sont-ils présentement capables de prendre ce type de décision? Le but principal de notre recherche est de comprendre comment évolue le processus de prise de décision relatif à l'environnement chez des élèves de 6e année impliqués dans un projet de développement résidentiel durable. Nous voulons décrire les stratégies (cognitives et métacognitives) que les élèves emploient pour prendre des décisions relatives à l'environnement, les connaissances, attitudes et préférences qui influencent leurs décisions et vérifier si, pendant le projet, ils peuvent apprendre à considérer le futur dans leurs décisions.

Les recherches effectuées sur la prise de décision, mais dans des contextes différents de celui du développement durable, mettent en évidence le fait que les jeunes prennent souvent des décisions inadéquates en raison du fait qu'ils pensent davantage au présent, accordant la priorité aux avantages actuels, en plus d'effectuer des choix émotifs plutôt que réflexifs (Baron et Brown, 1991). Il semble toutefois qu'il soit possible d'apprendre aux jeunes, à prendre de meilleures décisions (Beyth-Marom et al ., 1991; Carroll et Johnson, 1990; Elias, Branden-Muller et Sayette, 1991), notamment en leur permettant de se pratiquer à l'aide de scénarios fictifs (Baron et Brown, 1991).

Trente élèves de 6e année de l'École Le Carrefour de l'Acadie, à Dieppe ont participé au projet pendant l'année scolaire 2006 - 2007 et 28 élèves y participent en 2007 - 2008. Les interventions en classe, pour apprendre aux jeunes une prise de décision soucieuse du futur, se déroulent tout au long d'une année scolaire à raison de deux périodes de 45 minutes par semaine. L'approche proposée est celle de la simulation globale, dans laquelle on propose à une classe un projet de création collective d'un scénario. Dans notre projet, le contexte de la simulation est celui d'un nouveau développement domiciliaire, soit le Village en haut du ruisseau , qui sera véritablement construit à Dieppe, au printemps 2008. La particularité de ce nouveau développement est que son promoteur a choisi de le réaliser selon plusieurs principes du développement durable , selon une approche appelée Design de conservation (Arendt, 1999). Les élèves participant au projet ont d'abord l'occasion de se rendre sur le terrain encore vierge pour y découvrir les espèces animales et végétales présentes et pour créer un lien avec celles-ci. Par la suite, dans l'optique de la simulation, les élèves reçoivent chacun une identité fictive et sont regroupés en différentes familles. La simulation repose sur le fait que ces familles représentent les futurs citoyens du Village en haut du ruisseau  et que les élèves ont ainsi à prendre, tout au long de l'année, des décisions par rapport au recouvrement, à l'aménagement et à l'entretien des terrains, et à la gestion de l'énergie, des animaux, de l'eau de pluie et des moustiques. Lors de chaque situation, les élèves sont invités à prendre une pré-décision avant d'avoir reçu de l'information scientifique et une vraie décision après avoir reçu cette information et discuté avec leur famille fictive.

Tout au long du projet, les chercheurs suivent l'évolution du processus de prise de décision chez les élèves. Pendant les trois premiers mois du projet, les élèves sont invités à utiliser spontanément leurs propres stratégies de prise de décision. Puis, à partir de janvier 2008, les chercheurs tentent d'améliorer le processus décisionnel des élèves en utilisant une approche s'inspirant des modèles de prise de décision proposés par Janis et Mann, 1977; Hirokawa et Scheerhorn, 1986; Beyth-Marom et al ., 1991 et Ratcliffe, 1997. En synthétisant ces modèles, les sept étapes essentielles de la prise de décision sont : la définition des buts de la décision, l'identification des options, l'identification des critères de comparaison, la clarification de l'information, le sondage, le choix et le retour sur le processus. Des stratégies d'éducation au futur seront également mises à profit (Hicks, 1994).

Les activités pédagogiques vécues pendant les deux phases du projet peuvent être accédées à partir du menu de droite retrouvé sur cette page.


En collaboration avec le Fonds en fiducie pour l'environnement du NB, ÉcoAction, FINB, Ville de Dieppe, Ministère de l’Environnement du NB

Activités pédagogiques

Mentions

L'utilisation des informations présentées sur le site Littoral et vie présente certaines restrictions qui fait l'objet d'un contrat Creative Commons.


Logo de l'université de Moncton