Les nuisances environnementales à Cap-Pelé et

leurs incidences possibles sur la santé

 

Rapport de recherche

Joanne Langis, MÉE et Diane Pruneau, Ph.D.

Groupe de recherche littoral et vie, Faculté des sciences de l'éducation

Université de Moncton

Partenaires : Fonds nord-américain de coopération environnementale

 

 

Le village côtier de Cap-Pelé est riche en ressources naturelles et en paysages pittoresques. L'économie y est basée sur la pêche et la transformation des produits de la mer. De nombreuses boucannières, d'autres industries de poissons et de construction de bateaux sont présentes dans la communauté. De plus, la culture de pommes de terre est assez importante à l'économie mais elle entraîne des impacts sur l'environnement. Les activités quotidiennes comme la conduite automobile, le nettoyage des maisons avec des produits d'entretien peuvent aussi contribuer à nuire à l'environnement du milieu.

Dans le cadre de cette recherche, les nuisances environnementales à Cap-Pelé ont été étudiées dans les domaines suivants :

De plus, cette recherche a tenté d'identifier les conséquences de chacune des nuisances environnementales sur la santé des citoyens de Cap-Pelé.

Ce travail a été fait par la biologiste du projet Santé + Pollution --, aidée par les élèves de 4e année de Donat-Robichaud et de quelques représentants des industries.

 

Les stresseurs de l'environnement

1. Le brûlage résidentiel des déchets domestiques

Le brûlage résidentiel des déchets domestiques consiste à faire brûler intentionnellement différents matériaux à l'extérieur, soit dans la cour ou dans la forêt. Le feu est le résultat d'activités anthropogéniques et est allumé intentionnellement afin de se débarrasser des déchets non toxiques en les brûlant (Eastern Research Group, 2001).

Les déchets les plus souvent brûlés dans ces feux sont : le papier, le bois, la nourriture inutilisée, le plastique, la vitre, la céramique, le métal, le caoutchouc, le cuir, les débris d'arbres et d'arbustes, les feuilles mortes et l'herbe coupée.

Ces feux sont pratiqués par les citoyens pour différentes raisons :

Cette pratique du brûlage résidentiel des déchets domestiques nuit à la santé des humains et à l'environnement. La fumée pollue l'air du voisinage pendant quelques heures et affecte donc la santé de plusieurs personnes. Souvent, les gens font brûler leurs déchets domestiques lorsqu'il n'y a pas de vent ou peu de vent. L'absence de vent ne permet pas la dispersion de la fumée et l'air que les citoyens respirent demeure polluée pendant une plus longue période (Ministry of Water, Land and Air Protection, 1998).

Un autre facteur qui contribue à rendre le brûlage des déchets domestiques nuisible pour la santé est l'endroit où le feu se trouve. Habituellement, le contenant qui sert à faire le feu pour brûler les déchets domestiques est au niveau du sol. Les émissions de polluants sont donc relâchées au niveau du sol et sont inspirées par les humains avant qu'elles soient diluées par dispersion dans l'air (Lemieux, P., 1997).

De plus, l'absence de filtres pour la pollution de l'air, la faible température de combustion et les conditions pauvres en oxygène de ce genre de feu provoquent une combustion incomplète et augmentent l'émission de polluants. Ces polluants ont des effets sur la santé humaine (Lemieux, P., 1997). Le brûlage résidentiel des déchets domestiques émet beaucoup plus de polluants qu'un incinérateur municipal où on brûle les déchets à une température élevée et la pollution de l'air est filtrée (Environment News Service, 2000).

Les matériaux qui sont brûlés émettent différents polluants qui ont des impacts sur la santé humaine. Le bois peint, le plastique (emballage, tapis, jouets, polystyrène), le caoutchouc, les pneus, et les déchets de construction ne doivent jamais être brûlés parce qu'ils contiennent des produits toxiques (Ministry of Water, Land and Air Protection, 1998).

Les enfants sont plus à risque que les adultes parce qu'ils mangent, boivent, respirent et absorbent plus de polluants par rapport à leur poids corporel. Les citoyens qui habitent près d'un endroit où des déchets domestiques sont brûlés sont aussi exposés en mangeant les fruits et les légumes de leur jardin (Environmental Protection Bureau, 2001).

Même si les déchets qui sont brûlés ne contiennent pas de matériaux dangereux, le fait de brûler ces déchets peut produire des polluants de l'air dangereux comme les dioxines, le benzène, le formaldéhyde, le chrome, le cadmium, le mercure, l'arsenic et le cyanure d'hydrogène. La fumée peut aussi contenir du monoxyde de carbone, des oxydes nitreux, des furannes et du benzo-a-pyrène (Environmental Protection Bureau, 2001).

La fumée causée par le brûlage résidentiel des déchets domestiques contient de très petites particules qui peuvent atteindre les poumons humains lorsque respirée. Ceci peut entraîner divers problèmes de santé comme le nez qui coule, la toux, la bronchite, l'asthme, l'emphysème, la pneumonie et même la mort. D'autres particules s'attachent à ces petites particules et réussissent à entrer dans les poumons (Ministry of Water, Land and Air Protection, 1998).

Les polluants retrouvés dans la fumée peuvent aussi provoquer l'irritation des yeux, du nez et de la gorge, causer des changements dans le système immunitaire et augmenter le risque de problèmes de santé à long terme comme le cancer. Des études ont aussi démontré que les dioxines provoquent des retards de développement chez les enfants.

Puisque la superficie de la communauté de Cap-Pelé est assez petite et que plusieurs maisons sont rapprochées les unes des autres, il est déconseillé d'y pratiquer le brûlage résidentiel des déchets domestiques. De plus, d'autres problèmes de pollution de l'air existent dans la région et seraient amplifiés par cette pratique. Un système efficace est en place pour la récupération des déchets et leur transport au poste de transfert, ce qui élimine la nécessité du brûlage résidentiel des déchets domestiques.

 

2. L'empoisonnement par le plomb

Le plomb est une substance retrouvée naturellement dans la croûte terrestre. C'est un métal dense et malléable, de couleur bleu-gris. Le plomb est aussi utilisé par les humains pour la fabrication de différents produits : les batteries, les munitions, certaines encres, le vernis sur la poterie, les tuyaux de plomberie et les soudures des tuyaux de plomberie, les stores horizontaux importés de Chine, de Taiwan, du Mexique et de l'Indonésie. Avant 1978, on retrouvait aussi du plomb dans l'essence, dans la céramique, dans la peinture et dans les soudures des canettes de nourriture (US EPA, 1998).

Les humains peuvent être exposés au plomb par différentes voies, soit l'air, l'eau, le sol ou la poussière. Le plomb est absorbé par le corps par la respiration, par l'ingestion ou par le contact avec la peau (Juberg, D.R., 2000). Il peut aussi être transféré au fœtus par le placenta. Le plomb s'accumule avec le temps dans les os humains et peut entraîner des conséquences sur la santé. Le corps prend le plomb pour du calcium et par la suite, le plomb s'attache aux enzymes et les perturbe (Lifelines - en ligne).

De nos jours, les risques d'empoisonnement au plomb sont moins importants qu'autrefois. Cependant, si de la peinture dans une maison a été appliquée avant 1978, même s'il y a de la nouvelle peinture par-dessus, il existe des risques d'empoisonnement au plomb. De plus, il se peut que le sol, près de la maison, soit contaminé au plomb, que les tuyaux de plomberie ou leur soudure contiennent du plomb et contaminent l'eau potable et même que la nourriture contienne des traces de plomb (US EPA, 1998).

Les jeunes enfants sont plus vulnérables aux effets du plomb que les adultes puisque leurs activités incluent plus souvent l'introduction d'objets dans la bouche comme de la terre ou des jouets recouverts de poussière. Ils jouent aussi souvent à l'extérieur, là où le sol peut être contaminé. Les principales conséquences sur la santé des jeunes enfants sont :

Chez l'adulte, les principales conséquences sur la santé sont :

Certaines activités peuvent être pratiquées par les citoyens de Cap-Pelé pour réduire les risques d'exposition au plomb :

 

3. Les eaux polluées et l'eau potable contaminée

L'eau joue un rôle important dans la vie quotidienne. Elle est surtout utilisée pour la production d'électricité, la fabrication de biens, l'agriculture, les transports, la consommation, le nettoyage et pour se laver (Santé Canada, 1997). L'eau fait partie d'un cycle et est toujours réutilisée. Chaque utilisation a donc un impact sur la qualité de l'eau.

La pollution de l'eau est l'introduction directe ou indirecte de substances ou d'énergie pouvant nuire aux ressources vivantes ou être nuisibles à la santé humaine. Cette pollution peut mettre en danger certaines activités aquatiques comme la pêche et nuire à la qualité de l'eau pour la consommation, l'agriculture et les industries (Aron, J.L., Patz, J.A., 2001).

Des contaminants peuvent se retrouver dans l'eau sans que personne le sache. La pollution de l'eau n'est pas toujours visible. Ainsi, les virus, les bactéries et les parasites sont souvent invisibles dans un verre d'eau ou dans un ruisseau.

Les polluants de l'eau peuvent atteindre le milieu aquatique sous forme de gaz, de liquides, dissous dans des liquides ou sous la forme de solides. La pollution de l'eau provient de deux sources : les sources ponctuelles et les sources diffuses (ou non ponctuelles). Les sources ponctuelles peuvent habituellement être contrôlées par la collection ou le traitement du contaminant tandis que les sources diffuses ne le peuvent pas (Aron, J.L., Patz, J.A., 2001).

Les principaux contaminants de sources ponctuelles à Cap-Pelé sont :

Les principaux contaminants de sources diffuses à Cap-Pelé sont :

L'eau polluée peut avoir des impacts sur la santé humaine. La contamination se produit lorsqu'une personne :

Les bactéries, principalement retrouvées dans les eaux usées, les déchets humains et dans le fumier peuvent causer la gastro-entérite, des maladies gastro-intestinales (forme grave de diarrhée) et des symptômes semblables à la grippe. Certaines bactéries dans l'eau potable peuvent aussi causer des vomissements, des crampes abdominales, de la fièvre et la présence de sang dans les selles. Les protozoaires et le phytoplancton ont aussi des impacts sur la santé humaine (Santé Canada, 1997).

Lorsqu'on se baigne, les bactéries peuvent causer des infections de l'oreille externe, des éruptions cutanées et des infections oculaires.

Les pesticides, produits qui servent à limiter ou à éliminer les mauvaises herbes et les insectes peuvent aussi polluer l'eau de différentes façons :

Les impacts sur la santé des pesticides dans l'eau ne sont pas encore bien connus.

D'autres substances se retrouvent à divers endroits et en différentes quantités dans les sources d'eau de Cap-Pelé. Ces contaminants peuvent entraîner des impacts sur la santé humaine de même que sur la santé des animaux de la région. Certains des contaminants produisent le phénomène d'eutrophication qui se produit lorsqu'un cours d'eau contient une grande quantité de nutriments. Ces nutriments favorisent la croissance des algues et lorsque celles-ci meurent et se décomposent, elles consomment une grande quantité d'oxygène, oxygène qui n'est alors plus disponible pour la vie aquatique. Le fumier, les engrais, les eaux usées et les produits de nettoyage sont quelques-uns des contaminants qui causent le phénomène d'eutrophication.

 

4. Les pesticides

Un pesticide est une substance naturelle ou une préparation permettant de lutter contre les insectes, les rongeurs, les plantes nuisibles, les bactéries, les virus et les champignons (Santé Canada, 1997). Il existe différentes sortes de pesticides en fonction des organismes ciblés. Ainsi…

Des quantités énormes de pesticides sont utilisées à travers le monde pour la production de nourriture, de bois et de fibres et pour le contrôle des insectes et des animaux nuisibles. Des pesticides sont aussi ajoutés à différents produits pour contrôler les moisissures. On retrouve des pesticides dans la peinture, le shampooing, les couches jetables, les matelas, le papier, les tapis et les verres de contact (Harte, J., Holdren,C., Schneider, R., Shirley, C., 1991).

Les pesticides peuvent aussi se retrouver dans les sources d'eau potable par l'arrosage des terres agricoles, le déversement accidentel ou par les eaux de ruissellement (Santé Canada, 1997). Ils sont aussi présents dans certains de nos aliments tels que les fruits, les légumes, la viande et les produits laitiers. Ils se retrouvent en différentes quantités sur ces produits. Par exemple, une grande quantité de pesticides est déposée sur les pêches, les poires et les fraises puisque les consommateurs exigent que ces fruits soient beaux, sans tache et sans défaut (Harte, J., Holdren, C., Schneider, R., Shirley, C., 1991).

En plus d'être exposées aux pesticides dans les produits achetés au magasin, certaines communautés comme Cap-Pelé utilisent des pesticides pour leurs propres récoltes. Dans cette communauté, c'est surtout pour la culture de pommes de terre que les pesticides sont utilisés. L'arrosage des pesticides peut donc contaminer les récoltes, les nappes d'eau, l'air de la région et le sol cultivé.

De plus, les fermiers et les gens de Cap-Pelé sont parfois exposés à d'importantes quantités de pesticides. Les voies d'exposition aux pesticides sont surtout par la respiration, l'ingestion et le contact avec la peau. Les personnes qui travaillent avec des pesticides peuvent y être exposées par la contamination accidentelle, par une utilisation inappropriée ou par l'arrosage sans la protection nécessaire (Timbrell, J.A., 1995). Les pesticides sont toxiques. Aux États-Unis, 300 000 fermiers par année souffrent d'une maladie causée par l'utilisation de pesticides (Nadakavukaren, A., 1995).

Les impacts les plus communs sur la santé sont : la transpiration, la salivation excessive, les nausées, les vomissements, les crampes abdominales, la diarrhée, les crampes musculaires, l'insomnie, les maux de tête, l'irritation de la peau, des yeux et du nez, la confusion, le manque de coordination, la paralysie et même la mort. L'exposition aux pesticides peut aussi affecter les poumons, le foie, les reins et le cœur (Williams, P.L., James, R.C., Roberts, S.M., 2000).

 

5. La surexposition aux rayons ultraviolets du soleil

Les humains, les animaux et la végétation sur la terre dépendent de la chaleur et de la lumière du soleil pour survivre. Des rayons de soleil de différents types atteignent la terre dont les rayons ultraviolets (UV) : UVA, UVB et UVC. Les rayons UVC sont réfléchis par la couche d'ozone qui entoure l'atmosphère et ils n'atteignent pas la terre. Par contre, les rayons UVA et UVB peuvent traverser cette couche et être nocifs pour la peau et les yeux (Société canadienne du cancer, 2000).

Les rayons ultraviolets peuvent traverser les nuages, le brouillard et la brume et sont réfléchis par l'eau, le sable, le ciment et la neige. Les citoyens de Cap-Pelé sont exposés à ces rayons lorsqu'ils sont à l'extérieur, ce qui peut affecter leur santé. Les rayons UVA font vieillir et rider la peau et empêchent la peau endommagée de se régénérer. Les rayons UVB peuvent occasionner des coups de soleil, causer le cancer de la peau, les cataractes et l'affaiblissement du système immunitaire (Société canadienne du cancer, 2000).

La peau qui a été exposée au soleil s'épaissit et devient rude. Après 20 à 40 années, elle perd de son élasticité et se couvre de rides. Les rides apparaissent surtout sur le visage, la nuque, le dessus des mains, les bras et le cou (Environnement Canada, 1999).

L'exposition au soleil pendant plusieurs années et les coups de soleil peuvent causer le cancer de la peau. Le risque de cancer de la peau est plus élevé chez les personnes qui ont le teint, les yeux et les cheveux pâles, ou qui séjournent au soleil durant de longues périodes comme les pêcheurs ou les personnes qui ont eu plusieurs coups de soleil durant leur enfance. Le bronzage est le principal facteur de l'augmentation des taux de cancer de la peau (Environnement Canada, 1999).

Les enfants ne devraient pas être exposés aux rayons du soleil puisque l'exposition à cet âge augmente considérablement leur risque de cancer de la peau plus tard dans leur vie. Pour se protéger, les gens doivent s'exposer le moins possible aux rayons du soleil entre 11h et 16h, couvrir leurs bras et leurs jambes, porter un chapeau et appliquer de la crème solaire ayant un facteur de protection solaire (FPS) d'au moins 15 (Société canadienne du cancer, 2000).

haut

6. La fumée et la pollution atmosphérique

La fumée, causée par différentes sources de pollution, peut envoyer des produits chimiques toxiques dans l'atmosphère. La cigarette, les industries, les automobiles et autres moyens de transport produisent de la fumée toxique pour la santé des êtres humains. Cette fumée toxique affecte toute la population, mais les enfants, les personnes âgées et les personnes malades sont les plus vulnérables. Les contaminants atmosphériques ont aussi des effets sur les animaux et la végétation.

La fumée des industries est composée de plusieurs produits chimiques dont les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP). Ces derniers regroupent une centaine de produits chimiques et sont formés par la combustion incomplète du bois, du charbon, des déchets domestiques ou de substances organiques comme le tabac et la viande grillée. La population de Cap-Pelé peut être exposée aux HAP en respirant la fumée des boucannières et d'autres industries, la fumée de cigarette, la fumée du chauffage des maisons (bois ou huile) et les gaz d'échappement des voitures. Les gens peuvent aussi être exposés en mangeant de la viande grillée, des fruits, des légumes et de la viande contaminée ou de la nourriture préparée dans la saumure ou le vinaigre (Agency for Toxic Substances and Disease Registry, 1996).

L'exposition aux HAP peut irriter les yeux, le nez, la gorge et les poumons des humains. En grandes quantités, l'inspiration des HAP peut causer des maux de tête, des nausées, de la confusion ou endommager le foie et les reins (Environment Australia, 2001).

Parmi les autres produits chimiques retrouvés dans la fumée, il y a le dioxyde de soufre, les particules fines en suspension, le dioxyde d'azote, l'ozone et le monoxyde de carbone (CITEPA - en ligne). Lorsqu'inspirés, ces produits chimiques irritent le système respiratoire et peuvent affecter la respiration. Ils peuvent aussi irriter les yeux, le nez et la gorge et même causer le cancer.

La fumée de la cigarette est un important polluant atmosphérique. La cigarette contient 4 000 produits chimiques qui sont, pour la plupart, nuisibles à la santé. Le monoxyde de carbone, l'ammoniaque, le formaldéhyde, les nitrites, le cyanide d'hydrogène sont quelques-uns des produits retrouvés dans la cigarette (Association pulmonaire du Nouveau-Brunswick - en ligne).

En plus d'affecter le fumeur, la cigarette a des impacts sur les personnes qui respirent la fumée. Les principaux impacts sur la santé des fumeurs et des personnes respirant la fumée sont : l'asthme, les bronchites chroniques, l'emphysème, les maladies cardiovasculaires et le cancer de la bouche, de la gorge et des poumons (Association pulmonaire du Nouveau-Brunswick - en ligne). Les citoyens de Cap-Pelé doivent éviter d'être exposés à la fumée de cigarette ou, cesser de fumer afin de protéger leur santé.

 

7. Les biphényles polychlorés

Les biphényles polychlorés (BPC) sont formés d'un ensemble de substances synthétiques huileuses ayant des propriétés physiques similaires. Les propriétés chimiques des BPC les rendent persistants lorsqu'ils sont libérés dans l'environnement. Jusqu'en 1977, où la production de BPC a cessé, ces derniers étaient produits par les humains et étaient utilisés dans plusieurs applications industrielles, comme les fluides refroidissants et isolants dans les condensateurs et les transformateurs, dans les équipements hydrauliques, électriques et comme agents plastifiants dans la peinture, le plastique et le caoutchouc et dans les teintures (Environnement Canada - en ligne, Environmental Protection Agency, 1996, Office of Pollution Prevention and Toxics - en ligne).

Des BPC se retrouvent encore dans l'environnement car les produits existants continuent d'être utilisés et parce que certaines personnes ne se sont pas débarrassées de leur équipement électrique ou d'huiles contenant des BPC de façon prudente (Réseau canadien de la santé - en ligne). Ces produits se retrouvent partout dans l'environnement et les humains y sont exposés via différentes sources comme l'air, l'eau, le sol, les sédiments et la nourriture. Ce sont surtout les poissons, le gibier, la volaille et le lait maternel qui contiennent des BPC (Environmental Protection Agency, 1996).

Les BPC peuvent entraîner des impacts sur la santé humaine. Si une personne est exposée aux BPC de façon continue, elle risque d'être atteinte d'une forme grave d'acnée, d'engourdissements, de spasmes musculaires ou d'une bronchite chronique (Santé Canada, 1997). De plus, certaines études démontrent que les BPC peuvent affecter le système immunitaire et reproducteur de même que causer le cancer (Environmental Protection Agency, 1996). Il est possible qu'une certaine quantité de BPC se retrouve dans l'environnement de Cap-Pelé. Les citoyens doivent donc consommer le poisson et le gibier de façon modérée.

 

8. Pollution de l'air intérieur

La pollution de l'air à l'intérieur de la maison, à l'école et au travail peut entraîner des impacts nuisibles sur la santé. La concentration de certains polluants peut être de deux à cinq fois plus élevée à l'intérieur qu'à l'extérieur, facteur important puisque la plupart des gens se retrouvent à l'intérieur 90% du temps (Office of Children's Health Protection - en ligne).

Les principales sources de pollution de l'air à l'intérieur sont :

Certaines de ces sources de pollution émettent des polluants de façon continue comme les désodorisants (produits d'entretien) et les matériaux de construction. D'autres sources de pollution libèrent les polluants à intervalles comme la fumée de la cigarette, l'utilisation de produits de bricolage et le chauffage au bois (Environmental Protection Agency - en ligne).

Les polluants concentrés peuvent demeurer dans l'air pendant une longue période et s'accumuler si l'aération intérieure est pauvre. Ces polluants affectent la santé des humains, surtout celle des enfants parce qu'ils respirent plus d'air que les adultes et sont plus actifs. Les impacts sur la santé sont : les bronchites, les pneumonies, les otites, les allergies, l'asthme, l'irritation des yeux, du nez et de la gorge, l'essoufflement, les étourdissements, la fièvre, les maux de tête, les nausées, les vomissements, l'augmentation du rythme cardiaque, la fatigue et certains cancers (Office of Children's Health Protection - en ligne).

Il est possible de minimiser l'impact des polluants de l'air intérieur en assurant une bonne aération de la pièce, surtout lors de l'utilisation de sources de pollution. De même, le fait de limiter autant que possible l'utilisation de ces sources de pollution réduit la pollution de l'air à l'intérieur.

 

9. Le bruit

Le bruit est un son non désiré. Dans la vie quotidienne, une personne est exposée à des bruits de plusieurs sources :

Le bruit a des effets sur la personne qui le cause, mais toutes les personnes qui entendent le bruit sont dérangées.

Une personne tolère mieux le bruit :

Les expositions répétées au bruit ont des effets sur la santé des gens. Plus le bruit est fort, plus les risques d'impact sur la santé sont élevés. Les principaux problèmes de santé associés au bruit sont :

Les travailleurs industriels qui sont exposés au bruit de façon répétée et à un bruit d'intensité élevée risquent de perdre une grande proportion de leur capacité à entendre. Cependant, le bruit provoqué par nos loisirs ne cause habituellement pas de problèmes d'audition, mais est plutôt une source de nuisance pour les autres personnes qui l'entendent (Comité de santé environnementale du Québec, 1995). Certains travailleurs d'usine à Cap-Pelé sont exposés au bruit de façon régulière. Ceux-ci doivent s'assurer de porter le bon équipement afin de réduire les impacts sur leur santé.

 

10. La sécurité personnelle

Une personne se sent en sécurité lorsqu'elle n'est pas dans une situation menaçante et qu'elle a une perception d'être à l'abri du danger (Centre de santé publique de Québec, 1994 dans Maurice et al., 1997). Dans les communautés, le sentiment de sécurité peut varier chez les citoyens et selon le taux de crime de la région.

À Cap-Pelé, le manque de trottoirs, le manque de lumières et la limite de vitesse élevée à plusieurs endroits favorisent un sentiment de sécurité plus faible chez certains citoyens. Ce sont surtout les femmes qui modifient leurs habitudes de vie selon leur sentiment d'insécurité (Santé Canada, 1997).

La qualité de vie et la santé peuvent être affectés par un manque de sécurité à l'intérieur d'une communauté. La peur, des sources de tension, des accidents et un manque d'exercice sont tous des facteurs qui peuvent être entraînés par un sentiment de sécurité faible (Aicher, J., 1998).

 

11. Les extrêmes de température

Les extrêmes de température se produisent lorsqu'il fait anormalement chaud ou froid pendant quelques jours selon la température habituelle de la région. Au Canada, les températures anormalement élevées et celles très faibles sont de plus en plus fréquentes.

La température élevée entraîne un stress important sur les gens, surtout ceux des grandes villes et les personnes âgées ou malades. La réflexion des rayons du soleil sur l'asphalte, l'humidité, l'absence de vent et la température élevée sont les plus importants facteurs qui affectent les humains (Aicher, J., 1998). Les vagues de chaleur peuvent avoir des effets sur la santé :

L'exposition au froid peut aussi entraîner des effets sur la santé humaine. Chaque année, 80 Canadiens meurent en raison d'une surexposition au froid (Environnement Canada, 2001). Souvent, les températures faibles sont associées à des vents importants et à un faible niveau d'humidité. De plus, lorsqu'il fait froid, les gens demeurent plus à l'intérieur, ce qui augmente le risque de propagation des maladies contagieuses (Aicher, J., 1998). La combinaison de ces facteurs peut affecter la santé humaine et augmenter le risque de :

Les scientifiques ont remarqué une augmentation de la température de la planète depuis quelques années. Ce réchauffement global va entraîner le changement climatique, qui provoque des changements dans les précipitations, les vents et les tempêtes. De plus, le changement climatique peut entraîner des extrêmes de température, ce qui va se produire partout au monde, même dans la communauté de Cap-Pelé.

haut


La pollution de l'eau

L'eau est une ressource importante pour la survie des humains, des animaux et des végétaux. On la retrouve dans les rivières et les ruisseaux, dans les lacs et les océans, dans les glaciers et dans le sol. En plus de servir comme source d'eau potable, l'eau abrite les poissons, les insectes aquatiques, certains micro-organismes, certains oiseaux, les castors et les rats musqués (Groupe de recherche littoral et vie, 1998). De plus, cette ressource fournit de la nourriture à certaines espèces; elle est un moyen de transport et un lieu pour jouer et se relaxer (Groupe de recherche littoral et vie, 1998).

Cependant, plusieurs des activités associées à l'eau peuvent contribuer à sa pollution. Les secteurs d'activités de Cap-Pelé qui contribuent de façon importante à la pollution de l'eau sont divers.

Les activités industrielles : les industries utilisent l'eau pour préparer et fabriquer des produits (béton, plastique, poisson, homard), pour nettoyer l'équipement, pour refroidir les machines, pour l'hygiène des employés et pour nettoyer les usines. Ces actions peuvent contribuer à l'accumulation dans l'eau de certains produits nuisibles à l'environnement comme les déchets provenant de la transformation du homard, du crabe et du poisson et les produits de nettoyage. Les rejets d'eau polluée sont souvent traités avant d'être retournés dans un cours d'eau, mais ce traitement n'est pas toujours efficace (Ministère de l'aménagement du territoire et de l'environnement, 2001).

Les activités agricoles : la culture de pommes de terre et l'élevage des animaux utilisent une grande quantité d'eau pour les animaux et pour arroser les terres. Le fumier des animaux, l'engrais et les pesticides (insecticides et herbicides) appliqués sur les terres cultivées atteignent les cours d'eau et la nappe souterraine par infiltration et ruissellement. Le fumier des animaux peut aussi être la cause d'une infection à virus ou à bactérie lorsqu'il est déversé dans le sol ou dans un cours d'eau (Agence de l'eau - en ligne, Ministère de l'aménagement du territoire et de l'environnement, 2001).

Les activités domestiques : certaines de nos activités quotidiennes contribuent à polluer l'eau. Les rejets d'eau usée pour se laver, pour nettoyer la maison et le linge contiennent des produits de nettoyage parfois nuisibles à l'environnement. Souvent, cette eau est traitée avant de retourner dans un cours d'eau, mais ce traitement ne la rend pas toujours à son état original (Agence de l'eau - en ligne).

De plus, il arrive que certains produits soient simplement jetés dans la nature pour s'en débarrasser comme de la peinture, de l'huile à moteur, de l'essence et le surplus d'engrais ou de produits de nettoyage. Ces produits se rendent dans les cours d'eau et jusqu'à la nappe phréatique par ruissellement et infiltration. Les activités urbaines : plusieurs activités entreprises pour aménager le territoire d'une ville peuvent avoir des impacts sur la qualité de l'eau. La coupe de forêts, la modification des cours d'eau, la construction de routes et de ponts contribuent à augmenter les polluants qui se retrouvent dans l'eau. De plus, les réservoirs d'essence sous-terrain des stations-services peuvent laisser une certaine quantité d'essence s'infiltrer dans le sol et atteindre les sources d'eau.

Selon une étude menée par la Commission d'aménagement Beaubassin (2000), les principales sources de pollution de l'eau dans la région de Cap-Pelé sont :

 

haut


 

Les produits d'entretien utilisés à la maison

Les matériaux de construction, les meubles, les produits d'entretien, les produits de décoration et les pesticides utilisés à la maison sont parfois composés de substances chimiques dangereuses pour la santé. Les enfants sont plus vulnérables aux produits toxiques que les adultes puisqu'ils en inspirent, mangent et boivent une plus grande quantité par rapport à leur poids. De plus, les enfants sont plus actifs et portent plus d'objets contaminés à leur bouche. L'importance de la contamination par les produits d'entretien chez l'enfant dépend :

Une personne est exposée aux substances chimiques de diverses façons : par la peau, par l'ingestion du produit et par la respiration (Timbrell, J.A., 1995). Cette exposition peut affecter la santé de diverses manières. Les substances chimiques :

Les produits contenant des substances chimiques souvent utilisés dans les maisons sont :

Les produits d'entretien sont parmi les produits les plus utilisés à la maison. Une maison typique aux États-Unis utilise plus de 40 livres de produits toxiques par année pour son entretien (Sunnyvale Solid Waste Division - en ligne). Ces produits permettent de garder les maisons propres tout en polluant l'environnement et affectant la santé.

À Cap-Pelé, comme partout ailleurs, des produits d'entretien sont utilisés pour nettoyer les maisons. En voici quelques-uns et leurs effets sur la santé.

Au lieu d'utiliser des désodorisants, on peut saupoudrer du bicarbonate de soude ou mettre du vinaigre dans un bol et le laisser dans la pièce. Des épices et des fleurs peuvent aussi être utilisées pour rafraîchir une pièce. Il est aussi important d'ouvrir les fenêtres pour bien aérer la maison. -

Au lieu d'utiliser ces produits dangereux pour la santé, il est recommandé d'ajouter une poignée de bicarbonate de soude et une demie tasse de vinaigre dans le conduit bouché. De l'eau bouillante peut aussi être ajoutée. Ce procédé doit être pratiqué de façon régulière pour assurer un conduit libre.

Pour la désinfection de la maison, le borax peut être utilisé au lieu de l'eau de Javel. Du peroxyde d'hydrogène peut également servir à blanchir les vêtements. On peut aussi étendre les vêtements au soleil.

Ces produits de nettoyage contiennent de l'ammoniaque et peuvent irriter la peau, les yeux, le nez, la gorge et les poumons. Ils peuvent aussi endommager le système nerveux, les reins et le foie. Certains des produits utilisés peuvent aussi causer le cancer (University of Missouri Extension, 1989, Vogel, M., 1993).

Un mélange de borax, de vinaigre, de savon pur et d'eau chaude permet de laver et de désinfecter les surfaces. Un savon à base de plantes peut être utilisé pour laver la vaisselle.

Il est préférable d'utiliser un détergent non parfumé pour laver le linge. Par contre, le borax et le bicarbonate de soude peuvent remplacer les détergents et ils entraînent moins d'impact sur la santé.

Au lieu d'utiliser ces substances dangereuses pour nettoyer le fourneau, une pâte faite de bicarbonate de soude et d'eau peut être préparée. Étendre cette pâte et la laisser dans le four pendant douze heures. L'enlever avec un linge savonneux. Les produits d'entretien utilisés à la maison peuvent être nuisibles pour la santé des humains. Cependant, des produits moins dangereux peuvent être substitués pour faire les mêmes travaux et ceux-ci ont moins d'impact sur la santé. Par exemple, le vinaigre, le bicarbonate de soude, le citron et le savon pur peuvent être combiné entre eux pour préparer des produits ayant peu d'impact sur la santé.

haut


 

Les produits dangereux dans les aliments

Une bonne alimentation est nécessaire au développement normal d'une personne ainsi qu'à sa survie. Cependant, certains produits dangereux sont ajoutés à quelques aliments et, si consommés en trop grandes quantités, ces aliments peuvent avoir des effets sur la santé.

Les deux principales sortes de contaminants dans les aliments sont :

La plupart de ces contaminants entrent dans les aliments au moment de leur arrosage avec de l'eau contaminée, lors de leur transport, de leur entreposage ou de leur préparation à la maison (Santé Canada, 1997).

 

Les produits biologiques

Les bactéries, les moisissures et les toxines des fruits de mer sont les principales causes de contamination alimentaire à Cap-Pelé. Ceux-ci sont présents dans la viande et la volaille, dans les coquillages et les crustacés, dans les fruits et légumes, dans les produits laitiers, dans les céréales et dans l'eau.

Les bactéries E. coli et Salmonella contaminent la nourriture comme la viande hachée, l'eau, les œufs et la volaille. Habituellement, la contamination par ces bactéries est causée par des méthodes inappropriées de préparation et de cuisson des aliments (Santé Canada, 1997). Les symptômes d'une intoxication à une de ces bactéries sont :

Cependant, plusieurs personnes avec ces symptômes ne sont jamais diagnostiquées et ne connaissent donc pas la source de leur intoxication (Santé Canada, 1997).

Les moisissures ou les champignons sont une autre forme de produits biologiques qui peuvent contaminer la nourriture. Ces derniers se forment sur les fruits et les légumes, la viande, les céréales et les produits laitiers et se développent surtout quand :

Les moisissures produisent des substances toxiques sur certains aliments, comme le maïs, les noix et les arachides et la consommation de ces aliments peut causer des symptômes semblables à ceux de la grippe (Santé Canada, 1997). Cependant, certaines moisissures ne sont pas nuisibles pour la santé, comme celles qui donnent le goût au fromage.

Souvent, les coquillages pêchés dans un site riche en algues toxiques peuvent contenir des toxines, nuisibles à la santé humaine. Ces toxines peuvent se retrouver dans le homard, les palourdes, les huîtres, les moules et d'autres mollusques. Si un aliment contaminé est consommé, ceci peut causer le picotement des lèvres et de la langue, un manque d'équilibre et de coordination musculaire et, dans les cas graves, la paralysie complète (Santé Canada, 1997).

 

Les produits chimiques

Les autres sortes de contaminants retrouvés dans les aliments consommés à Cap-Pelé sont les produits chimiques comme les pesticides, les additifs alimentaires et les métaux. Ces contaminants chimiques affectent surtout la santé des personnes âgées, des malades et de celles qui mangent souvent du poisson. Les effets des produits chimiques sur la santé sont différents dépendant :

Les métaux les plus souvent retrouvés dans les aliments de cette région sont le plomb et le mercure. Le plomb, utilisé autrefois dans la fabrication de la peinture, des cosmétiques et de l'essence, a contribué à la contamination des sols et peut maintenant se retrouver dans les aliments, par l'agriculture. Les aliments qui contiennent le plus souvent du plomb sont : les céréales et les pâtisseries, les légumes, les fruits et les jus de fruits. L'exposition au plomb peut entraîner un goût de métal dans la bouche, l'anémie, la fatigue, des tremblements et l'insomnie (Santé Canada, 1997).

Le mercure se retrouve de façon naturelle dans l'environnement en plus du mercure libéré par les activités humaines comme la combustion de déchets et de combustibles fossiles et la transformation des pâtes et papiers (Agence canadienne d'inspection des aliments, 1999). Le mercure s'accumule surtout dans les poissons, le gibier (lapins, chevreuils…), les coquillages et les crustacés. Les espèces aquatiques sont exposées au mercure lorsqu'elles filtrent l'eau et quand elles se nourrissent de plancton. Les lapins et les chevreuils y sont exposés lorsqu'ils boivent l'eau d'un cours d'eau riche en mercure. Le mercure consommé s'accumule alors dans leurs tissus. L'absorption de mercure par les humains peut entraîner l'engourdissement des lèvres, de la langue et des doigts, la perte de vision et des troubles d'apprentissage (Nadakavukaren, A., 1995, Santé Canada, 1997).

Les pesticides sont des produits chimiques utilisés en agriculture. On les emploie pour la culture des pommes de terre à Cap-Pelé. Les pesticides sont des substances ou un mélange de substances qu'on dépose pour prévenir, détruire, éloigner ou diminuer les populations d'insectes, les mauvaises herbes, les champignons, les rongeurs ou toute autre forme de vie considérée nuisible par l'humain (Bulletin d'information toxicologique, 2000).

En plus d'être retrouvés sur les pommes de terre, les pesticides sont présents sur les aliments achetés au magasin comme les fruits et les légumes, la viande fraîche, le poisson, les œufs et les produits laitiers. De plus, les pesticides utilisés dans l'agriculture peuvent s'infiltrer dans le sol et contaminer la nappe souterraine ou atteindre un cours d'eau par ruissellement.

L'exposition aux pesticides, soit par la consommation de produits ou par l'arrosage de pesticides, peut avoir différents effets sur la santé des humains :

Les enfants sont plus exposés aux pesticides puisqu'ils consomment plus de produits laitiers et de fruits et légumes que les adultes et ils jouent plus souvent à l'extérieur dans des endroits contaminés.

Les additifs alimentaires sont une autre forme de produits chimiques consommés par les habitants de Cap-Pelé. Les additifs alimentaires sont ajoutés aux aliments pour différentes raisons :

Les nitrates, les nitrites, les sulfites, l'aspartame et les colorants sont des types d'additifs alimentaires. Les nitrates et les nitrites sont des sels qui sont ajoutés aux saucisses, aux viandes fumées et au poisson séché. Les sulfites empêchent la dégradation des produits pendant leur transport et leur entreposage et sont ajoutés aux fruits et légumes séchés, aux jus de fruits, aux confitures, à la relish et au ketchup.

Les additifs alimentaires ont différents effets sur la santé humaine comme les réactions allergiques, des nausées, des problèmes de digestion, des maux de tête et différentes formes de cancer.

haut


Conclusion

La communauté côtière de Cap-Pelé fait face à diverses nuisances environnementales. Les multiples stresseurs retrouvés dans le milieu peuvent entraîner des conséquences importantes sur la santé. Que ce soit les pesticides, la fumée de la cigarette, le bruit ou la sécurité personnelle, tous ces stresseurs existent à Cap-Pelé.

Différentes activités à Cap-Pelé peuvent avoir un impact sur la quantité et la qualité d'eau potable et de l'eau retrouvée dans les rivières et les ruisseaux. Certaines activités industrielles, agricoles, domestiques et urbaines peuvent libérer des polluants qui atteignent l'eau potable par le ruissellement ou par infiltration dans le sol. L'eau polluée peut causer des problèmes de santé si elle est consommée ou si elle entre en contact avec la peau ou la nourriture.

En plus des stresseurs et de la pollution de l'eau, les produits d'entretien utilisés à la maison peuvent avoir des impacts sur la santé des humains et du milieu. Les javellisants, les nettoyants à four, les débouche-conduits, les produits de nettoyage en aérosol et les désodorisants contiennent des substances chimiques. Lorsqu'ils sont utilisés, ces produits polluent l'eau et l'air et ont des conséquences sur la santé.

Les aliments consommés à Cap-Pelé peuvent rendre les citoyens malades s'ils ne sont pas préparés adéquatement, s'ils sont contaminés ou s'ils contiennent des produits chimiques. Les pesticides et les additifs alimentaires sont communs dans les aliments et ils peuvent entraîner des problèmes de santé. De même, les bactéries et les moisissures sont deux sources importantes de contamination des aliments. Ils peuvent contaminer les aliments exposés à l'air ou préparés depuis une assez longue période.

Les nuisances environnementales présentes dans la communauté de Cap-Pelé peuvent entraîner des conséquences sur la santé des citoyens. L'asthme, la diarrhée, les vomissements, l'irritation des yeux, du nez et de la gorge et le cancer sont seulement quelques exemples des problèmes de santé liés à ces nuisances. Cependant, avec l'éducation, il est possible de réduire plusieurs de ces nuisances afin de favoriser la santé.

 

haut

Références

Aicher, J. 1998. Designing Healthy Cities : prescriptions, principles and practice. Florida: Krieger Publishing Company.

Agence canadienne d'inspection des aliments. 1999. Le mercure et la consommation de poisson. Canada.

Agency for Toxic Substances and Disease Registry. September 1996. Polycyclic Aromatic Hydrocarbons (PAHs). Georgia, USA.

Agency for Toxic Substances and Disease Registry. June 1999. Lead. Georgia, USA.

Aron, J.L., Patz, J.A. 2001. Ecosystem Change and Public Health : A Global Perspective. Maryland : The John Hopkins University Press.

Chaudhuri, N., Miller,M., Alcasid, J.-P., Petrie, S. 2000. Hidden Exposures : A Practical Guide to Creating a Healthy Environment for You and Your Children. 2nd ed. USA : South Riverdale Community Health Centre.

Commission d'aménagement Beaubassin. 2000. Inventaire des nuisances environnementales potentielles contenues dans le territoire géré par la Communauté rurale de Beaubassin-Est. Cap-Pelé, Nouveau-Brunswick.

Comité de santé environnementale du Québec. 1995. Ma santé, mon environnement. Québec : Publications du Québec.

Eastern Research Group. January 2001. Open Burning. USA : EPA.

Environment Australia. 2001. State of Knowledge Report : Air Toxics and Indoor Air Quality in Australia 2001. Australia.

Environment News Service. January 4, 2000. Backyard Burning Could be Major Source of Dioxins. Washington, D.C.

Environmental Protection Agency. 1996. PCBs : Cancer Dose-Response Assessment and Application to Environmental Mixtures. Washington, D.C. : EPA.

Environmental Protection Agency. 1998. Lead in Your Home : A Parent's Reference Guide. USA.

Environmental Protection Bureau. 2001. Stop Backyard Burning. New York : USA.

Environnement Canada. 1999. Atmosphère et climat. Canada.

Environnement Canada. Octobre 2001. Le refroidissement éolien : des faits dans le vent. Envirozine, no. 13.

Harte, J., Holdren, C., Schneider, R., Shirley, C. 1991. Toxics A to Z : A Guide to Everyday Pollution Hazards. California : University of California Press.

Juberg, D.R. July 2000. Lead and Human Health : An Update. NY : American Council On Science and Health.

Lemieux, P. November 1997. Evaluation of emissions from the open burning of household waste in barrels. Volume 1. US EPA.

Maurice, P., Laboie, M., Chapdelaine, A., Bonneau, H. 1997. Sécurité et promotion de la sécurité : aspects conceptuels et opérationnels. Québec.

Ministère de l'aménagement du territoire et de l'environnement. 2001. Le bassin versant. France.

Ministry of Water, Land and Air Protection. September 1998. Backyard Burning : Smoke Gets in Your Eyes…and Lungs! B.C., Canada.

Nadakavukaren, A. 1995. Our Global Environment. A Health Perspective. 4th ed. Illinois : Waveland Press.

Santé Canada. 1997. La santé et l'environnement. Canada.

Société canadienne du cancer. 2000. Ô Soleil. Canada.

Timbrell, J.A. 1995. Introduction to Toxicology. 2nd ed. Philadelphia : Taylor & Francis.

Toxicologie environnementale. Avril 2000. Bulletin d'information toxicologique.

University of Missouri Extension. 1989. Hazardous Products Around the Home. Missouri : Household Hazardous Waste Project.

Vogel, M. 1993. Solid Waste Management. Montana State University.

Williams, P.L., James, R.C., Roberts, S.M. 2000. Principles of Toxicology : Environmental and industrial applications. 2nd ed. USA : John Wiley & Sons, Inc.

Yassi, A., Kjellstrom, T., de Kok, T., Guidotti, T.L. 2001. Basic Environmental Health. NY : Oxford University Press.

 

Ressources Internet :

Agence de l'eau. Pour tout savoir sur l'eau. En ligne www.eaufrance.tm.fr/index.asp

Association pulmonaire du Nouveau-Brunwick. Smoking and Tobacco. En ligne www.lung.ca/smoking/

Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail. Agents physiques. En ligne www.cchst.ca/reposesss/phys_agents/noise_auditory.html

CITEPA (Centre interprofessionel technique d'études de la pollution atmosphérique). La pollution atmosphérique en bref. Paris. En ligne http://citepa.org/index.htm

Environmental Protection Agency. Indoor Air Quality in Homes/Residences. USA En ligne www.epa.gov/iaq/homes.html

Environnement Canada. Biphényles polychlorés. En ligne http://www.ec.gc.ca/pcb/fra/index_f.htm

Environnement Canada. Le soleil : ami ou ennemi ? En ligne www.pnr-rpn.ec.gc.ca/air/hlws/health/ac01s00.fr.html

Groupe de recherche littoral et vie. 1998. À quoi sert un ruisseau ? Nouveau-Brunswick : Université de Moncton. En ligne www.umoncton.ca/littoral-vie/

Lifelines. How Lead Affects Your Child's Health. NC, USA. En ligne www.knowlead.com/affect.htm

Office of Children's Health Protection. Dernière mise à jour : 2000. Air They Breathe. USA : EPA. En ligne www.epa.gov/children/air.htm

Office of Pollution Prevention and Toxics. Health Effects of PCBs. En ligne www.epa.gov.opptintr/pcb/

Public Health, Seattle and King County. Environmental Health Hazard : Lead Fact Sheet. En ligne www.metrokc.gov/

Réseau canadien de la santé. Santé de l'environnement. En ligne www.canadian-health-network.ca

Sunnyvale Solid Waste Division. Keeping a Home Healthy - Reducing Household Hazardous Waste. En ligne www.ci.sunnyvale.ca.us/recycle/hazard-alternatives.htm

 

haut