Sélectionnez un numéro pour voir l’extrait vidéo et lire la transcription


Question 17 : Selon vous, comment notre société pourrait-elle améliorer son appui à la diffusion et au développement des arts visuels ?

Transcription


J’crois que pour le moment c’est un petit peu en déclin, malheureusement. Moi j’ai connu une période, j’parle du milieu de Moncton ou du sud du Nouveau-Brunswick qui a été très prolifique à un moment donné dans le sens que y’avait beaucoup de gens, plusieurs personnes étaient des collectionneurs et faisaient des acquisitions d’œuvres d’art d’artistes canadiens, d’artistes internationaux et aussi d’artistes acadiens, de façon régulière. Mais on dirait que cette relève-là depuis quelques années n’est pas là. La jeune génération que j’appellerais des «yappi» qui eux maintenant ont des grosses maisons, ces avocats pis ces jeunes médecins-là, par rapport à ceux qui sont plus âgés, les architectes, les avocats que j’ai connus ou de ma génération, semblent moins… on dirait y sont plus préoccupés par des maisons de plus en plus grosses, de plus en plus cossues, et que leur préoccupation est peut-être trop d’avoir un écran de télévision plat, d’avoir toutes les gadgets, les derniers gadgets, les tondeuses et tout ça. Tandis que y’a quelques années j’aurais eu l’impression que les gens se satisfaisaient d’une maison, mais y’avait un grand besoin d’œuvres d’art dans la maison. Donc si on pouvait reconvaincre cette nouvelle génération. Et elle est pas toute mauvaise, y’en a qui continuent, mais on dirait que c’est moins. Peut-être aussi que l’art qu’on fait actuellement ne peut en dire tant, pour certaines personnes, et c’est normal, l’art évolue. Y’a des gens qui font des choses expérimentales, on fait des choses dans l’environnement, des «art nature» dont y ne reste que des documents. Moi je me rappelle très bien, là j’suis peut-être en dehors de la question, mais moi j’ai un frère qui est médecin, qui est beaucoup plus âgé que moi. À un moment donné il avait un peu d’argent à placer pis il savait pas comment pis il avait approché quelqu’un. À l’époque y m’avait dit, Tu sais j’ai acheté des dessins originaux d’un gars, y dit, y met des draps dans le désert. J’ai dit, C’est-tu Christo ? Y me dit oui y dit c’est un gars, Christo, j’ai acheté ça parce que… Il avait été voir une personne qui lui faisait acheter des Andy Warhol pis des Christo. Y savait pas très bien qu’est-ce qu’il achetait, mon frère, mais par le temps y s’est rendu compte que c’était peut-être des meilleurs placements que… son fonds de pension était peut-être meilleur que le marché boursier.