Sélectionnez un numéro pour voir l’extrait vidéo et lire la transcription


Question 15 : Qu’est-ce qui vous motive à continuer le métier d’artiste? Pourquoi faire de l’art ?

Transcription


Moi j’crois que j’ai jamais rencontré de difficultés. Pourquoi faire de l’art ? J’crois qu’on a un rôle à jouer. C’est comme j’ai dit au tout début, j’crois que pour moi c’est devenu une vocation et pas un métier. C’est pas seulement aussi à faire de l’art, y faut faire de l’art parce qu’on a une conviction, on a quelque chose à dire. Mais j’crois qu’est-ce qui est aussi très important, c’est ce qu’on veut générer. Et ça c’est pas seulement avec son travail mais ça peut être avec le travail des autres ou les idées des autres, ou certaines réalisations… Comme dans le milieu ici, que ça soit le début de la Galerie Sans Nom, j’étais de la partie. Quand c’était le début de la Galerie 12, j’étais de la partie. Faut dire qu’on a commencé très tôt ici. Je vous parlais de Roméo et Herménégilde. Y’avait aussi André Thériault pis Edward Léger quand j’suis arrivé ici dans la région pis George Goguen. C’était à peu près le groupe d’artistes qui existait. On avait commencé une galerie qu’on appellerait une galerie parallèle de l’époque. Ça ouvrait juste l’été, c’était Le Clapet, à Barachois. On vendait des antiquités d’un côté de l’étable dans cette grange-là, du miel de l’autre côté, des produits d’artisanat, en haut, une galerie d’art. Et on faisait venir les vendredis soirs, par exemple, Raymond Guy LeBlanc qui récitait pour la première fois Cri de Terre et le lendemain on avait des autobus du Québec qui arrivaient. Pis qu’est-ce qu’on faisait à cette époque-là, on leur faisait des sandwichs au crabe parce que c’était ça le moins cher.