Sélectionnez un numéro pour voir l’extrait vidéo et lire la transcription


Question 20 : En regard de l’ensemble de votre œuvre, quelle réflexion portez-vous sur votre travail ?

Transcription


Bien je pense que j’ai été un artiste pas des débuts, mais jusqu’à un certain point oui, parce que j’ai eu une carrière à partir des années 1970. C’est assez curieux que j’utilise ce mot-là, carrière, parce que je me suis jamais vu comme ayant une carrière. Je me suis toujours vu comme faisant un certain nombre de choses et par défaut j’pense que ç’a finis par être une carrière. Donc un jugement sur l’ensemble de mon œuvre… Je pense que j’ai été quelqu’un qui a essayé d’imposer le fait qu’on pouvait être artiste, qu’on pouvait vivre ici et que finalement c’était très important d’être un artiste, que finalement les artistes ont un discours extrêmement important. J’ai jamais considéré l’art comme… J’sais qui y’a des gens qui voient les artistes un peu comme des gens farfelus ou des gens un peu rêveurs. J’ai jamais considéré ça. Pour moi l’art est un langage réel, c’est un langage comme la politique, comme l’économie. Ce n’est pas un langage au-dessus des autres, je n’ai jamais placé l’art au-dessus d’être. Le fait d’être artiste pour moi, ça ne m’a pas placé au-dessus des plombiers ou des électriciens ou des avocats ou des médecins… C’est autre chose. Je pense que c’est une fonction sociale, c’est une fonction importante. Au début on était un peu perdus parce que y’avait très peu de gens avec qui on pouvait parler, y’avait très peu de gens alentour. Je ne me voyais pas vivre ailleurs. Encore là j’ai toujours trouvé que ce que j’faisais au niveau de l’art, ça avait du sens ici. Je pense que si j’avais vécu à l’extérieur c’est pas sûr que j’serais devenu artiste. J’pense j’serais peut-être devenu. j’sais pas, architecte, électricien ou autre chose. Mais le fait de vivre ici, je pense que ça m’a plongé dans toutes sortes de contradictions et aussi ça m’a permis de développer une réflexion. Parce que quand on vit dans un milieu comme le milieu acadien, on est toujours sollicités pour se définir. Les gens vont dire: Pourquoi est-ce que ça c’est de l’art acadien? On demande pas à un artiste américain de dire pourquoi c’est de l’art américain, parce que pour lui, l’Amérique existe, pis comme il vit en Amérique, c’est de l’art américain. Mais à l’époque où j’ai, où on est arrivés, parce que j’étais pas le seul, c’était un problème. C’est: vous êtes des Acadiens, vous faites de l’art. Pis aussi on dit, peut-être que un des problèmes au niveau de la stratégie, où on a perdu du temps, c’est le fait d’essayer de définir qu’on faisait de l’art acadien, alors qu’on aurait dû dire: On est des artistes acadiens. J’pense que maintenant, c’est ce que les artistes disent. J’pense que c’est une étape de maturité, de ne pas avoir à se définir par ce qu’on fait mais par ce qu’on est. J’pense que c’est plus simple, c’est probablement plus sain aussi.