Sélectionnez un numéro pour voir l’extrait vidéo et lire la transcription


Question 14 : Pourquoi demeurez-vous en Atlantique au lieu de vous établir dans un milieu où vous pourriez avoir accès à un plus grand réseau de diffusion de votre création ?

Transcription


Moi je pense que une œuvre si elle est forte elle va finir par trouver son chemin. Je me dis que de toute manière on n’a pas véritablement le contrôle là-dessus. C’est la même chose comme les gens qui disent, Pourquoi faire des œuvres en carton ? Ça risque d’être détruit. On a des statuettes en cire qui datent de la Grèce ou des statuettes en plâtre qui datent de la Grèce et des chef-d’œuvres qui ont été faits pour durer des siècles et des siècles se sont éteints, alors c’est un peu la même chose avec ce qui se passe ici en Atlantique. J’crois que c’est sûr et certain que y’a beaucoup de problèmes au niveau de l’institution, au niveau de la distribution des œuvres d’art, des collections etc. Mais je me dis que y’a des gens qui ont eu durant leur vie des carrières absolument fulgurantes et dont on entend absolument plus parler. Y’en a d’autres qui ont eu des carrières extrêmement obscures, comme Vermeer. C’est pour ça que c’est un des peintres qui m’intéresse beaucoup. Je pense d’une part que c’est un des plus grands peintres de l’humanité et en même temps il a vécu dans une ville qui s’appelait Delft, qui pourrait être comme Moncton, et on l’a redécouvert plus tard et j’pense qu’on a peut-être 15 peintures de Vermeer, à cause du fait que les gens accordaient très peu d’importance à son œuvre. Mais à l’heure actuelle, j’veux dire, c’est un des plus grands peintres. Alors qu’on a conservé j’sais pas combien d’autres œuvres d’art qui, d’après moi, n’ont pas un très grand intérêt.