Sélectionnez un numéro pour voir l’extrait vidéo et lire la transcription


Question 20 : En regard de l’ensemble de votre œuvre, quelle réflexion portez-vous sur votre travail ?

Transcription


J’regarde ça j’me dis: J’ai produit des œuvres pendant presque 30 ans de façon continue, j’ai pu surmonter l’idée des gens qui m’ont dit: Ah tu vas faire ça pour un bout de temps ensuite tu vas arrêter. J’ai surmonté l’idée du public qui disait: Faut que tu vendes ton travail, faut qu’y ait un côté commercial, faut que les choses roulent. Comme si tu faisais un produit vendable et tout ça, j’ai surmonté ça. J’ai surmonté l’idée de la galerie, de l’enceinte où-ce que les œuvres sont exposées. J’ai vu des petites galeries, des moyennes galeries, des grandes galeries, toutes sortes de monde là-dedans, des gens qui sont éclairés, d’autres qui sont pas. J’ai vu tous les facettes vraiment de ce système-là. J’vois, moi, mon travail, mon œuvre comme étant un système en soi. Mais toute quoi ce qui gravite autour de ça est aussi un système, ce qu’on appelle «the art world» avec le monde qui est là dedans, la façon de penser, la façon de parler, quoi dire, quoi pas dire, à qui le dire, à qui pas le dire, ainsi de suite. Le côté social du monde de l’art, faut toujours aborder ça en tant qu’un système, quelque chose qui fonctionne. Ça peut fonctionner bien, ça peut fonctionner moins bien aussi. Y’a moyen que ça aille mieux des fois que d’autres. Faut voir les variantes, faut voir les différents niveaux que ça nous offre pis essayer de faire un jugement objectif et personnel vis-à-vis ça. Alors moi c’est ça, moi j’me dis que le travail que j’fais c’est un travail que j’considère intéressant, je le ferais pas autrement. Comme la majorité des êtres humains j’suis paresseux. J’vais pas me donner d’effort si j’ai pas quelque chose au boute de la canne qui va me donner quand même un… j’veux pas parler de revenu, j’veux pas parler de reconnaissance, j’veux pas parler de…de quelque chose d’essentiellement concret ou objectif. C’est plutôt comme au niveau de l’âme ou au niveau de ma sensibilité. Alors c’est un peu ça, j’opère à l’intérieur de ce système-là qui peut être comparé à d’autres systèmes: le système politique, le système scolaire, le système de ci le système de ça. Ça a ses propres règles, ses propres façons de fonctionner, c’est là-dedans que j’fonctionne. Mais j’ai toujours voulu être un peu aussi à distance pis de pouvoir regarder ça d’un œil … pas cynique, ni moqueur, mais un peu comme faire un peu le chat pis la souris, pis dire: Ces affaires-là on va leur laisser eux le faire pis moi je m’impliquerai pas nécessairement. Des fois tu peux t’impliquer peut-être trop dans quelque chose, ça dépend, mais c’est une affaire de donner et de prendre aussi, une affaire de yin et yang, aussi important. Les côtés qu’on voit pas ou les côtés qui sont moins évidents de la chose ont autant d’importance que les choses qui sont toujours là, les choses qu’on commence à prendre pour acquises parfois. Mais j’pense que l’essentiel c’est de voir ça comme un système. Y’aura toujours le système, y’aura toujours les artistes à l’intérieur pis y’a toujours les artistes à l’extérieur aussi. Tantôt on parlait d’artistes qui m’auraient influencé ou de formes d’art qui m’auraient influencé. J’suis beaucoup attaché, tout de suite, à qu’est-ce qu’on appelle l’art brut. C’est même pas de l’art naïf, c’est encore plus en bas de l’échelle ou au fond du baril comme qu’on dirait peut-être. Dans le sens que c’est des gens qui font de l’art, qui sont motivés par autres raisons que par ce que le système est en train de dicter: les artistes vous avez une fonction sociale, faut vous faisiez ça, faut nous montrez notre vie, faut vous nous montrez qu’est-ce que vous autres vous avez à dire vis-à-vis de ça, comment vous sentez votre environnement vis-à-vis vous-mêmes. Pis j’pense que ces artistes-là le font pour d’autres raisons complètement différentes. C’est un peu désarmant lorsque tu vois ça pis tu dis bien ça se peut que les œuvres d’art – parce c’est les œuvres d’art qui restent que ces gens-là font – ça se peut que la raison d’être de ces œuvres d’arts-là correspond pas avec nos attentes, en tant qu’observateur, toujours là, j’parle pas en tant qu’artiste mais en tant qu’observateur dans la rue, qui rentre dans une galerie pis qui voit quelque chose. Les préoccupations humaines ont pas toute la même façon… c’est pas toute la même affaire. Disons qu’on a des différentes façons d’aborder ou de voir les choses qui peut être exprimé dans les œuvres qu’on fait et les raisons de le faire, mais les circonstances aussi peuvent être différentes. Quelqu’un qui fonctionne dans un système comme j’sais pas moi, Jeff Coombs, on sait que dans 5 ans y va être là parce que c’est comme ça que le cheminement se fait. Tandis que d’autres affaires… y peuvent trouver des œuvres que cheq’ madame a fait pis personne sur la Terre avait vu ces œuvres-là avant 10 ans après qu’a soit morte. Alors ça nous fait questionner un peu qu’est-ce que c’est qu’une œuvre d’art, qu’est-ce qu’est la fonction d’une œuvre d’art pis comment qu’on devrait aborder l’existence de ces objets-là qui nous éclairent, mais qui peuvent aussi nous intimider.