Sélectionnez un numéro pour voir l’extrait vidéo et lire la transcription


Question 19 : Quelles sont les oeuvres dont vous êtes le plus satisfait.e et pourquoi en est-il ainsi ?

Transcription


Pour ça faudrait j’regarde toute l’ensemble de mes affaires. J’sais pas si ça serait possible de faire. J’aime pas juste mes œuvres à moi, mais tous les œuvres d’art que j’vais regarder et voir. Celles que j’tiens plus à cœur ou celles qui m’affectent le plus sont celles qui possèdent deux caractéristiques importantes pis ces deux caractéristiques-là c’est le mystère, d’une part, et l’autorité, de l’autre. Alors j’veux pas tout savoir, j’veux pas que l’œuvre me dit toute toute, c’est pas comme une bouteille de pilules qui dit tu sais faut t’en prennes deux le matin pis deux l’après-midi pis deux le soir. Une fois que tu connais ces détails-là, t’as pas plus loin à aller avec ça. Tu sais qu’est-ce que c’est la bouteille de pilules pis tu peux la laisser de côté, t’as plus besoin d’aborder ça. J’voudrais moi qu’une œuvre puisse me donner quelque chose sur le moment que j’vois cette œuvre-là, mais que ça peut m’apporter quelque chose de différent demain, la semaine prochaine, l’année prochaine, dans 50 ans si j’suis encore là, j’le serai pas, mais disons... Pas juste de parler de moi-même, mais de parler des gens qui vont venir par la suite. Du côté mystère, faut pas toute que ça nous dise. Faut que ça s’adresse seulement à nos facultés visuelles. Autorité, c’est de dire cet objet-là existe et on pourrait pas s’en sortir sans que ça soit là. Alors ç’a une autorité par le fait que ça occupe un espace dans le temps. Faut qu’on y porte attention de façon sérieuse ou pas. On peut faire les choses à la légère ou les choses très déterminées très sérieux vis-à-vis l’objet, mais de quand même se rendre compte de l’autorité de l’objet qui existe devant nous autres. C’est un peu un respect, c’est presque de s’abaisser en tant qu’être humain pis d’oublier pour une seconde qu’on est pas le milieu de l’univers, mais qui y’a quand même des objets qui peuvent encapsuler les idées, les sentiments et l’essentiel de qu’est-ce qu’une personne qui l’a fait, l’objet, qu’est-ce que cette personne là était ou qu’est-ce que cette personne là voulait dire. Alors c’est un peu de s’amener à ce niveau-là. Mais c’est sûr que ça peut aller dans l’autre sens. Certains vont dire que l’art c’est la ligne entre nous et le ciel, peut-être un côté plus spirituel ou peut-être plus mystique de la solution, de l’équation. Alors j’suis croyant dans ça. Y’a encore l’idée d’hiérarchie, de dire: Y va toujours avoir des bons artistes, des moins bons, des pires. Le meilleur le pire, tout ça - on vit comme ça nous autres parce qu’on vit dans un monde où-ce qu’on doit… on est des consommateurs; alors faut faire comme un jugement objectif vis-à-vis les produits qu’on veut ou les produits qu’on achète. Pis on a souvent tendance à traiter les œuvres d’art comme ça, pis j’trouve que c’est pas ça. C’est à un niveau peut-être en haut de ça. C’est de s’ouvrir l’esprit et concentrer sur le côté mystère et autorité d’une vraie œuvre d’art, c’est ça qui détermine pour moi qu’est-ce qu’est le vrai art pis le pas vrai. L’idée de vérité est basée là-dessus.