Sélectionnez un numéro pour voir l’extrait vidéo et lire la transcription


Question 5 : Quel a été le développement de votre pratique ou de votre démarche artistique ?

Transcription


Bon ma démarche arts visuels ça m’embête beaucoup, parce que bien que ça fait plus que 20 ans que j’ai fini l’université, j’ai pas pratiqué autant que j’aurais dû art visuel. J’ai peut-être une dizaine d’années pis même là, c’est entrecoupé de projets de films, entrecoupé de projets de livres. Ça fait que si j’mets ça boute à boute, j’aurais peut-être six ans seulement en arts visuels. Je suis une jeune artiste bien que j’aie pas l’âge des jeunes artistes de six ans de pratique. Mais j’ai toujours suivi les expositions pis les trucs qui se passaient. Moi, y’a beaucoup d’humour dans mon travail. Ça c’est pas de quoi que je vise, ça sort tout seul. J’sais qu’y en a qui se forcent pour faire des choses humoristiques. Moi c’est naturel. C’est sarcastique, ça itou c’est pas mal moi. Mais faut dire quand on fait les arts visuels, moi j’ai jamais suivi de courants pis de tendances pis j’veux pas en suivre. J’fais ce que moi dans le moment ce que j’veux faire sortir, ou ce que j’veux dire, ce que j’veux exprimer. C’est pas ce que la société veut que j’dise parce qu’à ce moment-là ça devient des commandes ou des choses moins intéressantes. J’ai jamais visé non plus de vivre des arts visuels. Moi c’est vraiment m’exprimer avec ça pis avoir du plaisir. Pis quand j’me paye une traite entre deux contrats là c’est des arts visuels que j’fais, parce que souvent les contrats c’est plus alimentaire: payer le loyer, tout ça. Les arts visuels, s’y me font pas vivre, y m’aident parfois à vivre. La démarche que j’ai, c’est humoristique, sarcastique, satirique. Pis aussi j’fais beaucoup de choses avec du recyclé. Ça j’ai commencé ça dans une période de non argent. J’avais pas de travail, j’avais pas d’argent pour m’acheter du matériel pis j’ai commencé à ramasser des objets trouvés soit dans les marchés aux puces ou carrément sur le trottoir. J’ai commencé à assembler ça pis ç’a fait vraiment toutes sortes de choses. Y’a beaucoup d’objets faits en fers à repasser, la composition, les objets proviennent des éléments trouvés dehors, à terre, ou des choses qu’on m’a données. J’ai tout le temps dit aussi que y’a de l’or dans les poubelles: O-R mais qui peut devenir de l’art. C’est que j’trouve que les gens jettent leurs choux gras. Ce qu’y ont pas encore compris là – y’en a qui viennent carrément me porter leurs choux gras – c’est pas que je les veux pas, mais j’peux pas toute les manger ! C’est que les gens faut qu’y fassent leur part là-dedans. Pis c’est pas toutes des solutions artistiques avec nos déchets. Moi j’ai trouvé mes solutions à moi mais les gens semblent pas comprendre que eux aussi y’ont des démarches à faire avec leur stock, leurs rebuts. Ça peut être utilisé d’une autre façon pour toutes sortes de projets pis on dirait qu’y voient pas ça. Y vont jeter pis y vont aller acheter du neuf tout de suite après, pis j’trouve ça dommage.