Sélectionnez un numéro pour voir l’extrait vidéo et lire la transcription


Question 19 : Quelles sont les oeuvres dont vous êtes le plus satisfait.e et pourquoi en est-il ainsi ?

Transcription


Une œuvre que j’aime beaucoup pis qui est comme l’entrée de mon portfolio des Fers à repasser, c’est le Fer à cheval. Ça c’est de quoi qui s’est fait assez vite. C’était juste couper des morceaux de métal, des ailes, clic-clic, la base d’un cheval en métal que j’avais trouvée, pis coller ça, pis clic, c’est ça. C’est de quoi qui s’est fait vite, mais mes sculptures ordinairement se font beaucoup plus lentement que ça, avec beaucoup plus de réflexion. Mais tu sais des fois, t’as comme des idées cadeaux, clic, t’as le bon morceau, la bonne idée, le bon fer, toute est là: des moments magiques. C’est une pièce que j’aime beaucoup ça. Au niveau du cinéma d’animation, l’œuvre qui me satisfait le plus c’est PSSST, mon dernier film, qui présentement se promène partout à travers le monde. Ça été fait avec des très, très petits moyens. Ç’a été fait en collaboration avec (le percussionniste) Michel Deschênes. Ça faisait longtemps qu’on se disait qu’on voulait faire de quoi ensemble pis là j’pense qu’on était rendus, chacun dans nos carrières respectives, à des niveaux semblables. Se jumeler ensemble pour faire de quoi, on dirait qu’on voulait le faire, on était prêts à le faire. On a comme une créativité qui se ressemble beaucoup: lui y’est tout le temps en train de bardasser pis trouver des nouvelles affaires pis moi aussi mais dans le domaine des arts visuels. J’trouvais que, en tout cas le «match» artistique était parfait. J’suis très contente des résultats avec les très petits moyens qu’y a eu pour faire ce film-là. Pis apporter du film à travers le monde, ça j’trouve que c’est vraiment… c’est comme un exploit pour moi là tu sais, j’suis contente de ça. Mais y’a aussi d’autres films Maille Maille c’est un autre film qui a été surprenant, un film qui a été rejeté par la maison de production pis qui s’est fait pareil pis que à ce moment-là, on me l’a donné… Parce que j’vais la nommer, l’ONF n’en voulait pas, pis je l’ai pris, je l’ai envoyé au festival d’Halifax, pis ç’a gagné un prix d’excellence tu sais. Personne s’attendait à ça. Pis le lendemain matin, le monsieur qui faisait la distribution de l’ONF me téléphone pour s’excuser, pour dire que c’était une erreur, que le film aurait dû avoir un titre anglais-français. Y’avait pas de paroles, donc y’avait rien à traduire. Que là y fallait le logo ONF pis là ça allait être distribué. Bon, ok. Ça, c’est des belles surprises qui m’est arrivée. Ça te pousse à continue. C’est de quoi qui m’a fait dire dans ma vie que même si on me dit non pour tel projet, c’est pas parce que le projet est pas bon. Des fois c’est les circonstances pis des fois, c’est le comité de jury qui est là y’aime pas ça, mais ça veut pas dire que ton projet est pas bon. C’est juste qu’y faut s’acharner à continuer malgré toute. C’est dur, c’est dur après que tu t’es fait dire non, d’arrêter, mais y faut pas.