Sélectionnez un numéro pour voir l’extrait vidéo et lire la transcription


Question 7 : Avez-vous développé une technique particulière dans l’utilisation de ces médiums ? Si oui, quelle est-elle ?

Transcription


Dans les différentes techniques que j’ai travaillées j’ai commencé à travailler le bois gravé. Je crois que la façon que je l’ai abordé c’était quand même assez particulier. Ç’a commencé par des plus petits bois et progressivement on allait défier les limites, on essayait d’avoir des bois de plus en plus grands et de le travailler. Ensuite le bois avait des restrictions et j’suis passé à la technique du monotype, qui était plus proche d’une technique directe de peintre. C’était plus spontané, on voyait le résultat tout suite, c’est pas comme creuser un bois. On passe des heures et des heures à tailler le bois avant de l’imprimer. Le monotype bien c’est de l’encre qu’on met sur une plaque, on l’essuie, on la travaille et dans une journée j’pouvais faire 100 passages sur la presse, qui voulait dire que j’avais des résultats beaucoup plus instantanés. L’autre facteur du monotype que j’ai développé c’est de les faire de plus en plus grands. J’pense qu’à un moment donné c’était des monotypes qu’on allait 8 pieds de long, ça se faisait par assemblage mais ça devenait de plus en plus gros. Y’a eu des œuvres que j’ai faites qui sont 16 pieds de long par 4 pieds de hauteur. Donc le monotype a été une façon de pousser les limites mais aussi d’explorer plus rapidement. Par après, je suis revenu au bois gravé et c’est un peu ce que j’fais maintenant c’est le bois gravé avec de la lithographie. La lithographie je l’ai toujours fait de façon constante, mais jamais uniquement de la lithographie. C’est-à-dire j’faisais du bois gravé, de temps en temps j’allais faire une litho. Maintenant avec les nouvelles techniques de lithographie j’en fais constamment et j’me vois progressivement marier le bois et la lithographie.