Sélectionnez un numéro pour voir l’extrait vidéo et lire la transcription


Question 17 : Selon vous, comment notre société pourrait-elle améliorer son appui à la diffusion et au développement des arts visuels ?

Transcription


J’crois que la société a un rôle très important à jouer pour le développement des arts. J’crois que c’est très malheureux à dire, parce que principalement au Nouveau-Brunswick, dans d’autres provinces aussi, mais je crois que le Nouveau-Brunswick est très pauvre au niveau de sa formation, sa sensibilisation aux arts. J’crois que ça commence très jeune de sensibiliser et de former les gens aux arts. J’crois qu’on parle des écoles. On parle de la formation à l’élémentaire. Si on regarde dans les écoles, qu’est-ce qui se fait au niveau des arts, j’pense que notre société manque le bateau beaucoup, manque des choses très importantes. J’écoutais récemment à la radio que on dit que au Nouveau-Brunswick nos jeunes sont très faibles en mathématiques. J’dirais peut-être qu’ils sont faibles en mathématiques mais sont encore cent fois plus faibles au niveau de leur développement artistique, leur sensibilisation au monde, au milieu artistique, donc ça c’est très important. J’pense que ça ferait la différence chez les jeunes qui ont des difficultés d’apprentissage. Moi j’avais énormément de difficultés d’apprentissage en français, par exemple. J’étais très pourri en orthographe, très mauvais, et j’ai eu la chance d’avoir un professeur qui nous faisait dessiner dans des cours de français, qui nous faisait faire du bricolage, mais faire quelque chose d’artistique. On rédigeait un poème mais y fallait l’illustrer le poème, fallait faire quelque chose. Et sais-tu, j’crois que c’est ça qui m’a comme aidé à apprendre mon français et aujourd’hui à aimer le français, à aimer m’exprimer en français. Donc ça passe par quoi ? Ça passe, à mon avis, par les arts. Notre société peut se permettre aujourd’hui le luxe, ou je dirais c’est même pas un luxe, le besoin de développer les arts en très bas âge et tout au long du secondaire. Ce qu’on a vu dans les systèmes scolaires, c’est des coupures au niveau de l’enseignement des arts: Y faut prendre musique ou arts visuels, les deux c’est de trop. Mais est-ce que l’on dit: Est-ce qu’on prend math ou je le sais pas quelle autre science ? Non, j’crois que les sciences, on les met d’avant-plan, mais quand ça vient à enseigner les arts, bon c’est moins important, même les rendements c’est pas important. Tandis que j’crois qu’une société épanouie, une société heureuse, une société qui se développe bien, va mettre en avant plan la formation des arts et lui donner sa place. Et ensuite, une fois qu’on a formé des gens, on veut pas nécessairement former des artistes, mais on veut former une société qui sait apprécier les arts, et une fois qu’on a ça, à ce moment-là c’est d’offrir des moyens à entretenir aussi des artistes professionnels. Et là aussi je crois qu’on a des lacunes dans notre milieu. Je crois qui y’a des pays où que c’est mieux arrangé, y’a des provinces… si je regarde le Québec et l’enseignement des arts au Québec, au niveau élémentaire, secondaire. J’crois qu’y font un travail qui a toujours place à amélioration, mais qui est beaucoup en avance sur ce qu’on fait ici.