Sélectionnez un numéro pour voir l’extrait vidéo et lire la transcription


Question 10 : Est-ce qu’il y a des thèmes ou des sujets récurrents dans votre création ?

Transcription


Dans mon travail j’dirais ce que j’vois, y’a des thèmes qui reviennent constamment. Je travaille avec des éléments du hasard, y’a du hasard, mais y’a aussi une partie que j’dirais que j’programme à l’avance, en choisissant certains mots plutôt que d’autres. Des fois ce sont des jeux de mots. J’ai joué pendant un bout de temps avec les mots «paradise» qui était une «pair of dice» donc un jeu de mot anglais: une paire de dés, et ça jouait avec la notion de hasard donc et du jeu. Donc y’a des thèmes qui ont sorti de ce jeu-là, dont une série sur les orphelins. Par deux fois, sur deux jeux très différents, sur des règles très différentes, j’ai tombé sur des séries d’orphelins. Je me suis dit bien y’a peut-être une raison pourquoi que y’a des orphelins dans ma démarche. Les orphelins représentent une partie génétique souvent inconnue. Les orphelins sont aussi des jeux du hasard: y’ont pour certaines raisons perdu leurs parents. Y peut y avoir des décès, abandonnés, y peut avoir toutes sortes de raisons, mais y’a un facteur de hasard qui se mélange avec un facteur je dirais génétique. Ça ce sont des thèmes… Je sais pas si le fait que j’ai ça dans mes méthodes de travailler fait que ça sort aussi dans le résultat des thèmes. J’ai eu une série que j’ai faite sur la génétique carrément, sur les différences génétiques, aussi les similitudes. Donc j’ai travaillé sur les jumeaux identiques pendant une période de temps. Y’avait cette fascination du jumeau, le jumeau, j’me disais: pourquoi un jumeau ? Au point de me poser la question: est-ce que j’aurais voulu un jumeau ? Le jumeau j’pense que c’est le miroir, mais c’est mieux que le miroir. Le miroir, lui, c’est un peu comme la gravure: y va nous inverser notre image. Quand on se regarde dans le miroir on voit une image inversée de nous-mêmes. Mais, le jumeau c’est plus proche, c’est plus comme une réflexion non inversée, je dirais. C’est notre autre moi-même et y’avait toute cette question-là de l’être, qui je suis. À travers du jumeau c’est une façon de dire: Tiens j’peux me sortir de mon corps et m’observer d’un autre point de vue. Parce qu’on a de la difficulté à se percevoir, son corps, parce qu’on l’habite. On le voit pas extérieurement, on le voit que de l’intérieur. J’crois que le jumeau avait cette façon-là de regarder l’individu mais d’un point de vue extérieur. J’suis en train de sortir de mon corps et je regarde qui je suis. C’est un peu l’idée en tout cas que je crois qui me fascine devant le jumeau identique.