Sélectionnez un numéro pour voir l’extrait vidéo et lire la transcription


Question 4 : Quelle a été votre formation académique ou quel cheminement avez-vous adopté ?

Transcription


Bien la formation académique, à part du secondaire à l’École Cormier d’Edmundston, par la suite ç’a été l’École des beaux-arts pendant cinq années pour le professorat en dessin, et une année supplémentaire pour un diplôme en sculpture. Et là bien ça été tout un monde, avec toutes les différentes opinions de différents professeurs à l’École des beaux arts, ç’a été toute une révélation. En plus de ça bien je réussissais assez bien. Disons si ça aurait pas été de l’École des beaux-arts… C’est sûr que j’pouvais pas être accepté dans une université anglophone. Premièrement étant le plus vieux d’une famille de 13, j’avais aucune aide de la famille et puis à l’École des beaux-arts de Montréal, dans ce temps-là, ça coûtait très peu pour s’inscrire là. Tout ce qu’on payait à un moment donné c’était des matériaux. Donc une chance que j’ai eu l’École des beaux-arts de Montréal. C’était dans le temps où… l’après-Pellan, en fin de compte, et ensuite Borduas s’est développé en même temps. Y’avait aucun lien avec l’École des beaux-arts. Nous autres on les appelait les barbouilleux. Mais en fin de compte, c’est deux formes qui se complètent tant qu’à moi. J’ai toujours apprécié ce que les Automatistes ont fait et tout ça. Donc en d’autres mots tout ce qui est création visuelle, dans n’importe quelle technique, c’est rare que j’peux pas l’apprécier en fin de compte. J’peux pas dire que j’pourrais faire toutes ces formes-là, mais par contre plusieurs moyens d’expression m’ont fasciné toute ma vie.