Sélectionnez un numéro pour voir l’extrait vidéo et lire la transcription


Question 8 : Comment abordez-vous la création d’une nouvelle œuvre ? Avez-vous une méthode ou une manière de faire précise ?

Transcription


Y’a la méthode qui est pas officielle pis la méthode qui est officielle. Le processus semble être un processus de collection. Naturellement la collection même crée pas l’œuvre, la collection crée seulement les éléments de qu’est-ce qui va éventuellement devenir une œuvre. Pis ces photos-là je les affiche sur le mur. Dans mon studio je m’ai bâti une petit plateforme où j’peux facilement changer, bouger des photos. Alors les photos sont toujours dans un environnement où je les vois, mais pas du tout du tout du tout avec un but spécifique, nécessairement. À un moment donné j’fais une connexion entre une couple d’images. Ça peut être une image que j’ai fait y’a trois ans et là, c’est une course frénétique, trouver la boîte avec la photo alors c’est de chercher dans des mille photos, trouver une photo spécifique dont j’ai un souvenir vague d’avoir dans une boîte, c’était une boîte de Kodak ou des fois j’me souviens pas. Ensuite j’trouve la photo pis là je les mets ensemble pis j’dis oui ça marche; maintenant, comment ça marche. Le processus c’est vraiment j’fais de la collection, j’vis avec les images, j’vis avec la collection, je réfléchis à ma relation avec ces objets-là et ensuite à un moment donné j’vois des connexions. Et ensuite l’exécution. Parfois, comme là l’autre jour j’étais en chambre noire j’ai imprimé une photo: j’ai trouvé une vieille boule de soccer juste à côté de mon studio pis a l’est usée, à moitié pourrie, a l’est absolument, absolument magnifique a l’est tellement belle. J’ai décidé de jouer en studio, prendre des photos, faire des longues expositions pis brouiller la boule, jouer avec mes éclairages, qui est comme quelque chose que j’aime de faire en studio. Tout d’un coup j’ai remarqué que ça avait l’air un p’tit peu comme une comète et là l’idée de la naissance des comètes m’est venue. Ensuite j’ai commencé à passer dans mes boîtes de photos, pis là j'passe à travers toutes les photos des dernières j’dirais 5-6 années, et n’importe quoi qui moindrement me fait penser à la naissance des comètes je les enlève pis je les mets dans une pile. Cette pile-là peut être une centaine de photos. Ensuite une question de vivre avec ces 100 photos-là, d’en enlever la majorité et d’en créer des nouvelles qui vont créer les liens que j’cherche. Parce qu’à un moment donné on peut tout simplement pas dépendre sur le zen pour que ça fonctionne. À un moment donné faut qu’on impose quelque chose, alors à un moment donné quand j’commence à comprendre les connexions là, j’vais aller en studio ou j’vais aller dans le paysage. Y’a que j’ai besoin d’une photo d’une certaine composition, j’ai besoin que la lumière vienne d’un certain côté, j’ai besoin d’une activité ici pour être capable de lier deux photos ensemble. Parfois c’est des liens physiques, purement physiques, j’ai besoin de lier ces deux photos-là, j’suis pas capable de le faire conceptuellement alors j’vais le faire purement visuellement. Alors je joue des jeux de tons, des jeux de dégradés qui vont prendre et créer une illusion entre les deux images. Encore une fois j’utilise un langage littéraire parce que c’est vraiment comme ça que j’le vois. C’est un peu ça le processus, c’est vraiment: collection, assimilation et ensuite régurgitation. Ç’a l’air à marcher alors j’dis que j’suis sur une piste qui vaut la peine.