Sélectionnez un numéro pour voir l’extrait vidéo et lire la transcription


Question 12 : Y a-t-il eu des événements marquants qui ont influencé votre carrière ?

Transcription


Le suicide en masse à Jonestown, en Guyane française. J’avais 12 ans. Naturellement j’avais même pas mon appareil photo encore, ni l’idée de faire de l’art. Assis à la table, mon père était en train de jouer au solitaire; c’est tout le temps ça que mon père fait, y joue aux cartes constamment constamment. Moi j’suis en train de manger des Fruit Loops et y’avait à la radio… La radio était à CBC anglais, et quand la radio était à CBC anglais y’a quleque chose de sérieux qui se passait. Mon père, si y’a quelque chose aux nouvelles qui se passait: CBC anglais. Alors déjà le moment était chargé, parce j’savais qu’y avait quelque chose de sérieux qui se passait. C’était un reporter... c’était le suicide en masse s’était produit y’avait déjà 3-4 jours dans un lieu tropical. Le reporteur marchait parmi les corps en tenant… Naturellement c’était à la radio alors j’ai une image vivide de ça, mais c’est une image que j’ai reçue à travers de la radio. Le reporter avec un mouchoir au-dessus de sa bouche, on pouvait entendre que sa voix était cachée, décrivait la scène en essayant de s’arrêter de vomir. J’étais en train de manger mes Fruit Loops, le soleil rentrait par la fenêtre, un beau champ avec des chevaux, en face. Mon père jouait au solitaire. Y’a eu un crac ! c’est comme si j’ai pu entendre que le monde a changé tout d’un coup. Je réalise maintenant que toute ma vision du monde a changé à ce moment-là, c’est quelque chose j’suis encore en train d’essayer de voir c’est quoi j’veux dire quand j’exprime ça. Mais c’est un moment, tu sais, l’idéalisme de la situation du fils et son père, le fils avec ses Fruit Loops, qu’était un symbole, tu sais on vivait bien. Mon père jouait au solitaire, ça veut dire mon père travaillait pas le dimanche, qu’on avait quand même une situation économique qui nous permettait d’avoir du loisir. Cette source d’information qui était la radio tout près, la beauté, y faisait beau ce matin-là, c’était vraiment idyllique. Quand on pense à la vie nord-américaine, c’était right là. Cette nouvelle-là qui passait par la radio, de 900 personnes qu’ont commis un suicide à cause d’une croyance en un individu. Wow, si qu’on peut parler de la réalité comme étant une œuvre d’art, ce moment-là pour moi c’est une œuvre. Alors c’est le seul moment… Y’a eu d’autres moments comme voir une diapo de Marcel Duchamp, mais ça c’est quand même superficiel. Ce moment-là a changé quelque chose de sérieux en-dedans de moi-même. Et quand j’pense au genre de choses que j’essaie de faire avec mes images photographiques, avec mes installations, j’essaie de reproduire ce moment-là d’une façon ou d’une autre.