Biographie de Daniel Dugas


Daniel Dugas est né en 1959 à Montréal, de souche acadienne. En 1980, il reçut un certificat en animation sociale de l’Université Sainte-Anne (Nouvelle-Écosse) en 1986, un baccalauréat en arts visuels de l’Université de Moncton. Par la suite, il étudia au Banff Art Centre (1989-90) et obtient le diplôme de Masters of Fine Arts/Time-Arts de l’Art Institute of Chicago (1993) qui lui avait accordé l’importante bourse Trustee Scholarship.

Il fut particulièrement actif sur la scène artistique de Moncton : il a été directeur de la Galerie Sans Nom (1985) et, à temps partiel, de l’atelier d’estampe Imago (1995-1996), directeur associé du 12e numéro de la revue Éloizes (1986) et conservateur de l’exposition L’art à tout prix (1989). Avec Luc A. Charette et Valerie LeBlanc, il fut co-fondateur de la Galerie Trunk (1996), placée dans le coffre d’une automobile Ford Explorer. Ceux-ci voulaient faire connaître l’art à un différent public et permettre aux artistes d’attendre de moins longtemps pour présenter une exposition. Cette galerie ambulante, comme le laissait sous-entendre leur slogan « Exposition près de chez vous/Exhibiting near you », faisait coïncider ses apparitions avec les vernissages des galeries de la région partenaires dans le projet. Dugas fut le premier à exposer à la Galerie Trunk avec Opalescence (monument à la fragilité du monde).

Dugas a participé à plus de 30 expositions dont près de 20 solo. Mentionnons les expositions de groupe Out Going Messages (1988), en collaboration avec Herménégilde Chiasson, et Young Contemporaries/Jeunes contemporains (1988), exposition itinérante oganisée par Marnie Fleming de la London Regional Art Gallery (Ontario). Il réalisa les expositions/installations Cube Aleph (1986), Erika: les boîtes noires (1988), La boîte rouge (1989) et La nouvelle boîte de Pandore (1991), où le cube est utilisé comme structure omniprésente.

Dugas est également poète. Il a fait ses débuts à l’Université Sainte-Anne et a publié les recueils L’Hara-Kiri de Santa-Gougouna (1983), Les bibelots de Tungstène (1989), Folies de junkie (1990), Le bruit des choses (1995) et Même un détour serait correct (2006) . Il a participé à de nombreuses lectures et soirées de poésie, dont Nuit de ventôse (1990), publié plusieurs poèmes dans la revue Éloize et donné plusieurs performances, dont Poéscie Mécanique/Chainsaw Massacre of Poetry (1991) et Produit brut/Produit net (1996). Il a aussi réalisé une dizaine de vidéogrammes et une demi-douzaine d’audiogrammes. Depuis 1991, il travaille souvent en collaboration avec l’artiste Valerie LeBlanc, dans le domaine de l’installation et/ou de la performance vidéo. Il a représenté le Canada en peinture aux 3e Jeux de la Francophonie, à Madagascar (1997).

Daniel Dugas a reçu des bourses du Conseil des arts du Canada et du Gouvernement du Nouveau-Brunswick. Ses oeuvres font partie des collections de la Banque d’oeuvres d’art du Canada, de la Banque d’oeuvres d’art du Nouveau-Brunswick, de l’Alberta Foundation for the Arts et de la Galerie d’art Louise-et-Reuben Cohen de l’Université de Moncton, ainsi que de plusieurs collections privées.

L’artiste explique sa démarche en affirmant que « toute ma production s’alimente du chaos et le chaos est loin d’être essentiellement un état de désespoir, il est perçu comme un moment privilégié où tout est possible. »