Biographie de Claude Roussel


Claude Roussel est né en 1930 à Edmundston au Nouveau-Brunswick. À l'âge de 10 ans, il commence à sculpter le bois. Sa première exposition a lieu alors qu'il n'est âgé que de 17 ans. De 1950 à 1956, il étudie les arts visuels à l'École des beaux-arts de Montréal où il obtient des diplômes en sculpture et en enseignement de l'art. En 1961, il reçoit une bourse du Conseil des Arts du Canada pour un voyage d'étude en Europe, mettant l’accent sur la décoration architecturale de l'Angleterre, de la France et de l'Italie.

Après ses études, il enseigne l'art dans les écoles publiques francophones de la région d'Edmunston, une première au Nouveau-Brunswick. Entre 1959 et 1961, il est conservateur adjoint de la Galerie d'art Beaverbrook, à Fredericton, période pendant laquelle il sculpte Les deux castors (1959), sa première oeuvre importante. Cette oeuvre fut offerte à Lord Beaverbrook par la province du Nouveau-Brunswick pour son 80e anniversaire. En 1963, il devient professeur fondateur au Département des arts visuels de l'Université de Moncton et il y enseigne jusqu'en 1992, année de sa retraite. Durant cette période, il est directeur du Département de 1963 à 1971, puis de 1976 à 1979.

Son implication pour l'avancement des arts en Acadie et à l'Université de Moncton en particulier est très importante. En effet, il fut responsable de la mise sur pied d'une galerie d'art à l'Université de Moncton ainsi que des expositions Sélection 65 et Sélection 67, composées d'oeuvres d’artistes acadiens. Il fut également membre de la Fondation d'éducation des Maritimes, il siégea au Conseil d'administration de la Galerie d'art Beaverbrook et de la Jack Chambers Memorial Foundation. Jusqu'en 1991, il fut le président du Fonds d'acquisition Louise-et-Reuben-Cohen de la Galerie d'art de l'Université de Moncton.

Artiste très productif, il a participé à plus de 115 expositions parmi lesquelles pas moins de 40 en solo et quelques-unes itinérantes. Depuis le début de sa carrière, il a créé plus de 30 projets d'art monumental. Plusieurs de ses oeuvres font partie de collections privées et publiques dont Dyna Bolts/Énerloizes (1988, Collection permanente du Jardin Olympique de Séoul, Corée du Sud), le Monument Clément-Cormier (1990), en honneur du fondateur de l'Université de Moncton, et le Monument Moncton 100 (1990), soulignant le centenaire de la ville de Moncton. On retrouve également ses sculptures devant des édifices publics, des églises et sur des campus universitaires du Nouveau-Brunswick et du Québec.

Roussel a gagné de nombreux prix, mentions et concours : les médailles Allied Arts du Royal Architectural Institute of Canada (1964) et du Centenaire du Canada (1967), Chevalier de la Pléiade de l'Ordre de la Francophonie (1972), Symposium olympique (1976), médaille commémorative de la Reine (1977), médaille de l'Ordre de la Pléiade (1982), Ordre du Canada (1984), médaille du 125e anniversaire du Canada (1992), premier prix de l'exposition Marion-McCain (Galerie d'art Beaverbrook, Fredericton, 1989). De plus, il a reçu le prix Current Award pour son apport à l'enseignement des arts visuels au Nouveau-Brunswick. Il a aussi été boursier du Conseil des Arts du Canada en 1961, 1963 et 1965. En 1987, Herménégilde Chiasson et Patrick Condon Laurette ont publié à son sujet le livre Claude Roussel, sculpteur.

Depuis sa retraite en 1992, Roussel se consacre entièrement à sa carrière d'artiste. En 1993, une exposition intitulée Roussel en Relief, couvrait quatre périodes de la carrière de l'artiste et plus de 80 oeuvres en relief furent présentées. Tout récemment, une exposition intitulée Sélection 1997 a été organisée afin de souligner le 30e anniversaire de Sélection 67; elle regroupait les œuvres de cinq des neuf artistes de l'exposition de 1967, y compris Roussel.

Claude Roussel, tant par son implication dans l'enseignement que par ses écrits, a contribué grandement au développement des arts visuels en Acadie et continue toujours de le faire.